Le Bol D'air Jacquier

Publié le 18 Novembre 2019

Bonjour à tous,

Le bol d'air Jacquier est une méthode unique pour améliorer naturellement l'oxygénation cellulaire et stimuler les défenses radicalaires. C'est une méthode puissante, ingénieuse et naturelle qui améliore la biodisponibilité de l'oxygène au cœur de l'organisme et dont l'utilisation peu contraignante est aujourd'hui soutenue par de nombreux travaux scientifiques.

Qui était René Jacquier ?

L'une des préoccupations de cet homme était de trouver un moyen permettant la normalisation de l'oxygénation des personnes malades, afin de renforcer leur vitalité. Pour lui, la vitalité offerte par le Bol d'air facilite une guérison naturelle, optimise l'action de certains médicaments par effet synergique et permet de lutter contre les effets secondaires, comme par exemple, ceux utilisés dans les chimiothérapies.

C'est en 1946, qu'il rencontre un problème familial : ses deux filles aînées furent atteintes d'une grave coqueluche. Sans véritable traitement, le remède préconisé à cette époque était un voyage en avion ! Sa première question fût : pourquoi les malades retrouvaient-ils leur vitalité dans un avion de tourisme - donc non pressurisé ? 

Une brutale "ascension" provoque une raréfaction de l'atmosphère, ce qui entraîne un changement de pression au niveau du sang et une libération accrue d'oxygène naissant (plus facilement assimilable) vers les cellules. Sans doute que cela avait une conséquence très positive sur la vitalité et entraînait la guérison...

La deuxième question était : existe-t-il dans la nature, des molécules capables de capter l'oxygène et de le relâcher facilement ?

Ses réflexions de chimiste l'amenèrent vers les essences naturelles insaturées et les terpènes peroxydés apportèrent la solution. Le premier Bol d'air expérimental fut construit en 1947.

Son utilisation est simple : 

Il s'agit de faire de courtes sessions respiratoires de deux à quinze minutes par jour devant l'appareil, sans masque, pour que les molécules pénètrent dans l'organisme et facilitent la libération d'oxygène vers les cellules. La répétition des séances génère un changement progressif en profondeur et l'apparition d'un nouvel équilibre.

Régulièrement, en hygiène de vie, ou par cure intensive plusieurs fois dans l'année, chez soi ou chez un praticien. Chaque séance est à l'origine d'une stimulation durable de plusieurs heures.

Ce procédé permet, non pas d'avoir plus d'oxygène, ce qui serait dangereux, mais d'utiliser au mieux l'oxygène de l'air naturellement disponible, sans aucun danger et sans aucun effet secondaire.

Quand l'oxygène vient à manquer : 

Cinq à dix minutes sans oxygène et la vie s'arrête. La respiration est à l'origine de l'énergie indispensable au bon fonctionnement de notre organisme. Au cœur des tissus, l'oxygène participe à la transformation en énergie des nutriments issus des aliments.

La pollution atmosphérique et alimentaire, le stress, le mode de vie actuel, les chocs émotionnels, le vieillissement, diminuent l'efficacité de la respiration et provoquent l'hypoxie (insuffisance chronique d'oxygène au niveau cellulaire). La persistance de ce manque ouvre la voie à la perte du potentiel immunitaire et trouble le bon fonctionnement de tout l'organisme.

Les premiers signaux d'alarme sont la fatigue chronique, la perte de vitalité, la nervosité, défaillance de la mémoire, etc.

Comment cela fonctionne ?

Ce n'est pas le manque d'oxygène dans l'air qui provoque l'hypoxie, mais son assimilation insuffisante par les cellules. Le bol d'air est un dispositif élaboré qui permet de transformer les parties les plus volatiles d'un extrait de résine de pin en porteurs d'oxygène, pour faciliter son assimilation dans l'organisme.

Orésine est un composé terpénique spécial Bol d'air. Il est issu de l'hydrodistillat de la résine de pin "Pinus Pinaster". Cette essence de térébenthine naturelle possède des spécificités chimiques dues à l'espèce d'arbre choisie, à son lieu de croissance et aux procédés de récolte utilisés.

Aucune autre Huile Essentielle ou aucun autre produit ne doivent être utilisés ou additionnés pour la bonne application de la méthode. 

Il se distingue de toute oxygénation classique quantitative et ne génère pas de stress oxydatif. Il n'est : ni un diffuseur d'arôme, ni un générateur d'oxygène, ni un appareil d'ionisation de l'air, ni un bar à oxygène.

A éviter en cas de grossesse et/ou allaitement et chez les enfants de moins de 36 mois.

A tout âge, en toute condition physique : 

- Pour toute personne soucieuse de préserver ou de restaurer son capital santé.

- Lors des changements de saisons, de périodes de stress, d'allergies, de pollution.

- Lorsque l'organisme présente une moindre résistance et devient plus vulnérable.

- Pour accompagner la perte de poids.

- Pour accompagner le vieillissement, les problèmes de sommeil (apnée du sommeil).

- Pour le sportif : préparation de l'entraînement, gérer le stress de la compétition, gagner une endurance, améliorer ses performances, optimiser la récupération.

- Pour optimiser d'autres soins.

- Pour les adolescents en période d'examens.

La reconnaissance scientifique : 

En 2003, des chercheurs Italiens établissent la relation entre hypoxie et obésité. Ils démontrent que le Bol d'air agit sur le métabolisme des personnes en surpoids en favorisant l'utilisation de la masse grasse et publient leurs observations. Depuis, le Bol d'air est couramment utilisé à l'hôpital de Giulianova en Italie, en accompagnement des traitements de l'obésité.

Béatrice Mercier (faculté de Dijon) démontre l'action des sessions du Bol d'air sur l'amélioration de l'oxygénation tissulaire et l'augmentation de la capacité anti radicalaire. En 2007, elle soutient une thèse de Doctorat devant un jury prestigieux dont elle reçoit les félicitations. Ses travaux permettent de mieux comprendre l'action du Bol d'air dans les problèmes inflammatoires et les maladies dégénératives, et dans le vieillissement.

En résumé : 

 Outre les bienfaits cités plus haut, le cerveau serait en première ligne. Le Bol d'air agirait sur les perturbations de la mémoire, de l'attention, du sommeil, des troubles psychoaffectifs...  Le cerveau est le plus gros consommateur d'oxygène de l'organisme et il supporte particulièrement mal l'hypoxie.

L'impact d'une meilleure oxygénation aurait une influence sur la fibromyalgie où 85 à 90% des fibromyalgiques présentent des troubles du sommeil, dû principalement à des apnées du sommeil, générant un manque d'oxygénation sanguin et cérébral. De plus, la fatigue est un des symptômes récurrents de cette maladie ainsi que les douleurs et l'inflammation que le Bol d'air permet d'améliorer.

Le Bol d'air aurait également une influence bénéfique sur la maladie de Lyme. Les traitements complémentaires font parfois appel à l'oxygénothérapie. Ce syndrome post-lyme se traduit par une forte asthénie. Or, c'est l'oxygène qui génère l'énergie de l'organisme : oxygéner ne peut qu'aider à lutter contre cette grande fatigue et une bonne oxygénation est à la base du bon fonctionnement neuronal (les atteintes neuronales étant très fréquentes dans cette maladie).

Il y a là une nouvelle approche pour prendre en main son état général et développer son potentiel de santé globale.

Vous pouvez trouver ces appareils en vente ou en location. Il est possible de les tester sur les salons bien-être.

 

Bien à vous...

 

https://www.unenouvelleterre.fr/

Rédigé par Myriam

Publié dans #Infos

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article