Publié le 31 Janvier 2020

Bonjour à tous,

En naturopathie, on prend la personne dans sa globalité. Peu importe le problème rencontré, qu'il soit physique (douleur, maux divers, maladies-chroniques), mental/psychologique (vécu traumatique, deuil), émotionnel (émotions refoulées, peurs en tout genre), ou spirituel (trouver son chemin-de-vie), les quatre aspects seront toujours à prendre en charge. On ne peut en occulter aucun si l'on souhaite un bon accompagnement. 

Pour l'aspect physique, l'alimentation reste la base incontournable, à revoir et rééquilibrer suivant le problème rencontré, même si l'on est dans le domaine spirituel en recherchant sa mission sur Terre. Là encore, ce que l'on ingère - aliments, médicaments et autres - aura bien sûr un impact sur tout le reste. Etant tous différent, le cas par cas sera nécessaire pour une meilleure compréhension de soi. Ceci-dit, certains "régimes" ou méthodes proposées peuvent être un excellent départ lors d'un changement alimentaire souhaité. Les méthodes suivantes ont fait leur preuves dans le domaine de la santé.

- La méthode Montignac : cette méthode - bien que critiquée surtout par tous ceux qui ne l'on pas testée - est pour moi une des base de l'alimentation saine. Depuis plus de trente ans, Michel Montignac (aujourd'hui décédé) a démontré que les calories n'étaient pas un facteur déterminant dans la prise de poids. Cette méthode n'est pas un régime au sens traditionnel du terme, car on peut manger équilibré sans restrictions de quantité. Il suffit de respecter les index-glycemique de chaque aliments en faisant les bons choix alimentaires. Lorsque la méthode est bien intégrée, les effets se font voir très vite et sont durables dans le temps. Il peut correspondre à vos besoins si vous cherchez une méthode durable pour perdre du poids, maintenir un poids de santé, prévenir le diabète, et les troubles du bilan lipidique.

Un côté négatif ? : Aucun, sinon qu'il faut bien comprendre et intégrer la méthode un peu complexe au début. Elle doit être adaptée à notre temps car depuis trente ans, les choses ont bien évolué. Les gens mangent moins de viande et c'est tant mieux. Les végétariens, les flexitariens, etc. sont de plus en plus nombreux. Sibylle Montignac, sa fille, ayant repris les travaux de son père et étant nutritionniste de formation aura sans aucun doute adaptée la méthode aux temps modernes.

- Le régime crétois : aussi appelé régime méditerranéen est connu depuis très longtemps pour ses bienfaits sur la santé. La crête détient le record de longévité avec une alimentation riche en fruits et en légumes, pauvre en protéines animales et accompagnée d'huile d'olive. Des céréales et du poisson complète ce "régime" avec une absence totale ou partielle de sel, de laitages, de viandes rouges et de sucres rapides. La cuisson des aliments est sans matières grasses saturées, sans friture, et avec une cuisson lente. Ce qui engendre une baisse des maladies cardio-vasculaires et du mauvais cholestérol. Les effets bénéfiques sur la santé sont prouvés depuis de nombreuses années. Il protège des maladies cardio-vasculaires, contre le diabète, réduit l'inflammation, aide le système immunitaire, aide par conséquent à prévenir les maladies chroniques.

Le côté négatif ? : il n'est pas prévu à l'origine pour la perte de poids mais plutôt pour maintenir de bonnes habitudes alimentaires. Ceci dit, étant donné qu'il limite les aliments transformés et les sucres riches en calories, associer ce régime à un mode de vie sain peut grandement aidé à la perte de poids.

- La méthode kousmine : Cette méthode repose sur une alimentation saine, la désintoxication du foie grâce au nettoyage de l'intestin, le rééquilibrage du pH et un apport de vitamines pour soutenir l'organisme. Un des piliers de  la méthode est la consommation d'aliments favorisant l'équilibre acido-basique : diminution des viandes et sucres, légumes crus/cuits mais basse température, des céréales complètes. Les observations scientifiques du Dr Kousmine l'ont amené à constater les liens entre cancer et alimentation, elle a également étudié la sclérose en plaques, mis au point un traitement vitaminique à base d'antioxydants et d'acides gras essentiels.

Les cinq piliers de sa méthode :

- Une alimentation saine dont l'élément le plus connu est la crème Budwing. Un petit déjeuner santé, composé de fromage blanc 0%, d'huile, jus de citron, banane, céréales complètes crues, graines oléagineuses et fruits de saisons (voir également le Miam ô fruits de France Guillain).

- Des compléments alimentaires à base de vitamines et oligo-elements pour rééquilibrer l'alimentation carencée du fait d'une trop grande consommation de produits industriels et raffinés.

- Un équilibre acido-basique (contrôlé par des analyses urinaires).

- Une hygiène intestinale : selon elle, un mauvais fonctionnement du transit intestinal peut déboucher vers des maladies cardiaques, des cancers, des rhumatismes graves, des dégénérescences du tissus nerveux... L'intoxication du foie découle de la fragilité de la muqueuse intestinale. Elle recommande donc des lavements.

- La régulation du système immunitaire.

Des inconvénients ? La méthode se définit comme une méthode expérimentée depuis plus de 50 ans. Peut-être les achats de compléments alimentaires qui peuvent être onéreux.

- Le régime Seignalet : également appelé le régime hypotoxique - car elle exclut tous les aliments toxiques à long terme - est un régime alimentaire avec une action préventive ou bénéfique dans un grand nombre de maladies. Son principe prône un retour à un mode alimentaire proche du paléolithique car l'alimentation moderne encrasse nos intestins et rend perméable la barrière intestinale qui laisse entrer des molécules indésirables. Une fois dans le sang, elles sollicitent le système immunitaire qui génère une réponse inflammatoire. Trop répétée, la réponse inflammatoire engendre des maladies.

Ses grands principes : suppression des produits laitiers, du gluten et des céréales mutées ainsi que tous les aliments dérivés (pain, pâte, pizza, etc.), éviter le sucre raffiné, utilisation des huiles non-raffinées. Pas de cuisson supérieure à 110°, privilégiez le cru, supprimer le micro-onde, friture, grillade.

Les inconvénients ? Cette méthode reste très efficace sur les petits maux mais également sur les maladies chroniques mais ne tolère aucun écart pour bien fonctionner. Les bienfaits ne sont pas prouvés scientifiquement, cependant, il constitue la solution la plus efficace contre la maladie de Crohn et la spondylarthrite ankylosante.

En résumé :

Je préfère le mot méthode à celui de régime qui englobe tout et n'importe quoi. Un régime reste -selon moi - restrictif et ne peut se faire sur un long terme alors que la prise de conscience du changement alimentaire doit pouvoir se faire dans le temps et ainsi durer toute la vie avec des ajustements s'il y a lieu. La méthode quand à elle, est élaborée sur des principes et concepts concrets qui ont fait leurs preuves et qui sont cohérents avec un mode de vie sur un long terme afin d'être en pleine santé. A vous de trouver parmi les méthodes proposées, celle qui vous convient le mieux, voir pourquoi pas, faire un mixte de plusieurs méthodes.

Les méthodes listées ci-dessus ont toutes en commun la réduction voire la suppression des produits laitiers, du gluten et des farines raffinées. Si vous souffrez de diabète ou de surpoids voire d'obésité, la méthode Montignac vous sera précieuse. Si vous avez des cellules cancéreuses ou la sclérose en plaque, de l'asthme, migraines, rhumatisme, etc. la méthode Kousmine sera peut-être un meilleur allié. Si tout va bien dans votre vie mais que vous désirez un changement alimentaire pour une meilleure santé globale, le régime crétois sera parfait. Si vous avez du surpoids avec un diabète naissant, des cellules cancéreuses ou une quelconque maladie d'élimination comme les colites, vous vous dirigerez plutôt vers le régime hypotoxique.

Prenez votre santé en main.

 

Bien à vous...

 

https://www.unenouvelleterre.fr/

Voir les commentaires

Rédigé par Myriam

Publié dans #boîte à outils

Repost0

Publié le 28 Janvier 2020

Bonjour à tous,

C'est quoi une maladie chronique ?

Selon L'OMS c'est une affection de longue durée qui évolue lentement. Une maladie est dite "chronique" lorsqu'elle dure plusieurs mois. De nos jours, ce terme désigne toute maladie ne pouvant être soignée rapidement, ou n'ayant aucun remède connu.

Voici quelques pistes qui vous aideront dans le cheminement de la maladie afin de retrouver une pleine santé.

La douleur chronique :

Elle est liée à la maladie et parfois difficile à gérer. Il faut savoir que la douleur chronique n'est pas que de la douleur. Elle engendre des tensions musculaires qui engendrent une focalisation sur la douleur. La focalisation entraîne un stress qui crée lui-même une douleur. C'est ce que David Vigneron appelle la douleur complète. Même quand la douleur n'est plus présente, il y a focalisation et anticipation anxieuse de la prochaine crise. Les pensées se répercutent sur la physiologie.

La douleur et ses composantes : sensorielle (ce que le malade ressent physiquement), affective/émotionnelle (ce qu'il ressent moralement), cognitive (le sens qu'il lui donne) et comportementale (la manière dont il exprime sa douleur).

La douleur chronique c'est aussi de la frustration, de la tristesse, de la dépression, de l'inquiétude, du vide, de la colère. C'est aussi pleurer le passé, survivre dans le présent, craindre l'avenir. C'est également se sentir différent, dépendant des gens ou des choses, subir la critique ou des moqueries...

L'inflammation :

Pourtant des solutions existent afin d'améliorer cet état, voire ne plus souffrir du tout. La tendinite par exemple est un problème de maladie chronique connue par de nombreuses personnes. Le suffixe  "ite" utilisé en médecine désigne l'inflammation. Cette inflammation désigne une réponse de l'organisme à une irritation ou une lésion tissulaire qui se manifeste par une rougeur, une chaleur, des gonflements ou encore des douleurs. Or, cette inflammation est simple à réduire en mettant en place quelques changements notamment alimentaires.

L'alimentation :

Si vous souffrez de problème de santé chronique, le simple fait de modifier votre régime alimentaire et votre mode de vie suffit à se débarrasser de ces problèmes de santé.

Commencez par retirer les aliments toxiques et non digérés accumulés jour après jour en faisant une detox. Le corps humain est génétiquement programmé pour fonctionner de façon optimal en utilisant des aliments frais et colorés, dont les principes actifs et les vertus curatives ne sont plus à démontrer.

L'alimentation vivante : les fruits, les légumes, noix, céréales, graines et germes vous apportent de la vie et éliminent les toxines, renforcent les défenses immunitaires et par conséquent évitent les maladies. Mangez des aliments complets tel que le riz brun plutôt que le riz blanc qui n'apporte rien d'autre que du sucre.

La viande, le poisson, les produits laitiers transformés issus de la production industrielle sont à proscrire car le corps humain n'est pas conçu pour consommer des protéines animales en grande quantité (carnivore-ou-pas). Il n'est pas nécessaire de manger des tissus d'animaux morts pour avoir les protéines dont le corps a besoin. Les protéines végétales font parfaitement l'affaire.

Les sucres en tout genre (l-index-glycemique), le gluten, les produits laitiers et le café sont donc à proscrire. 

Travailler sur le psychosomatique :

Les maladies psychosomatiques se caractérisent par des symptômes physiques amplifiés par des facteurs émotionnels ou psychiques tel que le-stress. Celui-ci induit de façon globale des modifications de l'immunité et de l'inflammation au niveau de l'organisme. On parle aussi de somatisation qui désigne plus généralement tout ce qui concerne les effets de l'esprit sur le corps humain. L'accent sera donc mis sur la reconnexion du corps - en écoutant les symptômes - et de l'esprit.

L'activité physique : certains facteurs maintiennent la douleur chronique tels que le déconditionnement à l'effort, le sentiment d'inutilité, la perte de l'estime de soi, la culpabilité, l'anticipation négative, la peur de se blesser, etc. C'est pourquoi reprendre une activité douce comme la natation, le yoga, la marche permet de sortir de la focalisation sur la douleur, permet une reconnexion avec son corps (en accueillant les douleurs), évite le renfermement, etc.

L'émotionnel :

- Identifier les bénéfices secondaires de la maladie : il est essentiel de reconnaître que les besoins satisfaits par la maladie sont entièrement légitimes et méritent d'être satisfaits. Le corps réclame de l'attention de la seule manière qu'il connaisse. Identifiez les besoins satisfaits par la maladie et trouvez comment les satisfaire autrement que par la maladie.

- Utiliser la maladie de façon créative : servez-vous des leçons de la maladie comme point de départ afin de reconnaître vos propres besoins, de les satisfaire afin de faire votre propre éducation.

- Apprenez à gérer le stress : peu importe la difficulté rencontrée au cours de sa vie, il est primordial d'avoir une bonne gestion de son stress qui semble lié à tant de déséquilibre. Toutefois, il est parfois plus facile de le faire en accompagnement thérapeutique que seul chez soi.

- La désidentification : l'appropriation après le diagnostic d'une maladie et la résignation dû au choc de la nouvelle suivi de l'anxiété sont à éviter à tout prix. La résignation engendre la dépression - même mineure - et l'appropriation engendre la chronicité. Or, la maladie dont vous souffrez (ponctuellement) n'est pas vous ! Ne vous identifiez pas plus à vos émotions qu'à la maladie (le-deconditionnement).

En résumé :

La maladie qu'elle soit chronique ou non n'est pas insurmontable dans la mesure où chacun à la responsabilité et le devoir de se prendre en charge. Elle fait partie de son chemin-de-vie et doit être considérée comme une expérience qui fera évoluer votre personnalité à tous les niveaux. C'est ainsi que l'on "grandit", que l'on "s'élève" par notre propre éducation.

Comme Carl Somonton l'a écrit : "La maladie leur a permis d'outrepasser le conditionnement social et de commencer à se développer en tant qu'êtres humains, pour pouvoir exprimer leurs sentiments et s'occuper de leurs besoins ouvertement et directement. Sans le stimulant de la maladie, ils auraient pu continuer à vivre leur vie dans un désespoir silencieux".

Nous mettons dans notre corps des produits industriels transformés, vide de tous nutriments et de minéraux essentiels. Les aliments transformés sont des aliments morts qui ne possèdent aucune énergie de vie et par conséquent n'ont aucunes utilités au bon fonctionnement du corps humain.

Les aspects émotionnel et mental sont également à prendre en compte dans tout symptôme ou maladie pour un bon accompagnement.

Il n'y a donc aucun problème puisqu'il y a une solution à tout.

 

Bien à vous...

 

https://www.unenouvelleterre.fr/

Voir les commentaires

Rédigé par Myriam

Publié dans #Infos, #boîte à outils

Repost0

Publié le 25 Janvier 2020

Bonjour à tous,

En naturopathie le stress est un état à traiter en priorité car il se cache dans le travail, les relations, le sommeil et prend de plus en plus de place dans la vie quotidienne. Si rien n'est fait pour enrayer le mécanisme, il transforme l'individu en quelqu'un de nerveux, fatigué, frustré, malade et colérique et éloigne alors du but ultime qu'est le bonheur. Nous avons pourtant le pouvoir d'inverser la tendance et de ramener le calme dans nos vies.

C'est quoi le stress ?

C'est une réaction réflexe, tant psychologique que physiologique devant une situation difficile qui demande une adaptation. Le stress, bien que nécessaire - pas forcément négatif - nous permet d'agir et de réussir des défis. Lorsqu'il est méconnu, nié ou mal géré, il entraîne des symptômes divers et variés qui peuvent affecter tout les systèmes du corps.

Comment se manifeste -t-il ?

Il faut tout dabord un stimulus - un agent de stress - d'ordre physique, mental, émotionnel, social, auquel l'organisme tout entier doit s'adapter. Puis il y a une réaction physiologique face à ce stress. L'intensité de la réaction de stress dépendra de la perception qu'à le mental de voir le stimulus plus ou moins dangereux.

Le stress se décompose en trois phases :

- La phase alarme correspond à la réception du stimulus et à l'adaptation de l'organisme : augmentation du rythme cardiaque, le tonus musculaire et le taux de sucre diminuent. Libération de l'adrénaline, augmentation du débit cardiaque pour l'oxygénation des muscles et tissus, libération du glucose et des graisses par le foie, les pupilles se dilatent pour disposer d'une meilleure vision (en cas de fuite).

- La phase de résistance : lorsque le stimulus persiste, l'organisme se mobilise afin d'obtenir les ressources nécessaires pour retrouver son équilibre. Il va sécréter des hormones telles que l'endorphine aux vertus apaisantes, le cortisol, la dopamine, la sérotonine et les hormones sexuelles. A ce stade, il est considéré comme un agent stimulant bénéfique pour l'organisme, qui lui permet de réagir pour survivre à des situations pouvant le mettre en danger (sport extrême par exemple).

- La phase d'épuisement est la phase où l'organisme n'a plus les ressources et est incapable de faire face aux dépenses énergétiques trop importantes. Ce qui entraîne une diminution des défenses immunitaires, un état de tension excessive, fatigue, dépression, etc.

L'adaptation au stress : si vous aller passer un examen médical important pour la première fois, vous aurez tous les symptômes du stress : le coeur qui s'accélère, l'estomac qui se noue, la transpiration, etc.  Si vous repassez ce même examen, vous serez beaucoup plus calme. Le corps et le mental peuvent donc s'adapter au stress qu'une situation procure.

Les symptômes du stress : 

Physique : tensions musculaires, problèmes digestifs, problèmes de sommeil ou d'appétit, maux de tête, vertiges, souffle court, fatigue, problème de peau...

Psychologique et émotionnel : humeurs fluctuantes, agitation, irritation, anxiété, manque de joie, manque de concentration, inquiétude, indécision ou décision hâtive, manque d'estime de soi, baisse de la libido, consommation accrue de tabac, alcool, caféine, sucre, chocolat, drogues...

Stress aigu ou chronique :

Le stress aigu se manifeste après un événement traumatisant : décès, accident, perte financière, etc. Il reste temporaire mais peut se manifester à une certaine fréquence. Le stress chronique est un état permanent dû principalement à une anxiété profonde, des situations difficiles et persistantes (relation de couple conflictuelle ou instable), un emploi précaire, un revenu insuffisant. Le stress chronique peut également intervenir lors de plusieurs situations stressantes qui se chevauchent dans le temps.

Les outils pour améliorer l'état de stress ?

Tout d'abord, reconnaître qu'il est là, l'accepter et l'exprimer librement. Ce n'est pas une lutte contre le stress qu'il faut entamer mais une ré-harmonisation du corps physique (les-7-corps-energetiques) et de l'esprit.

La respiration : faites au moins 5 mn de respiration profonde par jour (cohérence cardiaque) car elle agit directement sur les emotions. Une bonne respiration maintient le corps oxygéné et aide à mieux éliminer les toxines physiques et mentales.

Relaxez-vous : L'état d'apaisement que la relaxation entraîne est une diminution de la fréquence cardiaque et respiratoire, du tonus musculaire, de la pression artérielle (hypertension), du taux d'adrénaline et de l'activité du système limbique (émotionnel). C'est l'opposé à la réaction au stress.

Amusez-vous : accordez-vous des temps de repos plusieurs fois par jour, petite balade, étirements, bâillement, chantez, dansez, faites preuve de creativite...

Faites de l'exercice : pratiquez une activité qui vous défoule suivant votre tempérament : jogging, sport de combat, boxe. Qui vous calme : yoga, qi gong, marche en forêt mais surtout choisissez l'activité qui vous amuse et vous donne du plaisir. L'exercice physique aide à éliminer les tensions physiques, mentales et émotionnelles.

Pratiquez des auto-massages : l'auto-massage bio-harmonique en plaçant une petite balle entre vos mains, à la base des paumes. Entrecroisez vos doigts et faite rouler tranquillement la balle sur l'ensemble de la paume en insistant sur la base des paumes et des pouces.

Passez du temps dans la nature/en forêt : aérez-vous l'esprit, changer d'air, connectez vous à la nature (la-sylvotherapie), prenez des vacances régulières ou partez en weekend, profitez du soleil.

mediter : la méditation calme le mental et focalise l'attention sur le moment présent (l-art-du-calme-interieur) car le stress est souvent une projection sur le passé ou le futur.

Changer votre rapport au travail ou changer de travail : si vous allez au travail sans être heureux, le stress pointera le bout de son nez tôt ou tard. Revoyez vos priorités et prenez des décisions en rapport avec vos vrais besoins.

Soyez positif : adoptez toujours un point de vue positif. Etre positif est un choix et non une conséquence. Transformez vos phrases et vos pensées négatives et reformulez les en phrases positives.

Entretenez des relations nourrissantes : appelez vos amis, sortez, entourez-vous de personnes qui vous aiment vraiment et que vous aimez. Pas une soirée avec vos collègues de bureau qui ne font que vous critiquer dès que vous avez le dos tourné.

La réflexologie : cette thérapie manuelle stimule les points réflexes au niveau des pieds (plantaire), des mains (palmaire), du visage (faciale), de l'oreille (auriculaire). La réflexologie aide dans les situations de stress en recentrant les gens sur eux-mêmes et en les reliant davantage à leur corps.

Soins aux bols chantants tibétains : un soin aux bols permet de rééquilibrer le corps dans sa globalité et de retrouver paix et harmonie.

Ecoutez des fréquences : les-ondes-cerebrales et les-frequences sacrées de guérisons ont un potentiel illimité pour aider à la guérison et à l'harmonisation.

Les médecines douces : l-eft, sophrologie, hypnose, l'homéopathie, les-fleurs-de-bachla-gemmotherapie...  

D'autres façons de diminuer son stress : faites un tri, jetez ou vendez tout ce qui ne vous est plus utile, transformez les peurs en défis, caresser un animal de compagnie, etc.

En résumé : 

Le stress chronique épuise de façon constante notre énergie créative, notre paix intérieure et notre force physique. Tout ceci est vrai, cependant le stress est absolument nécessaire pour nous permettre de fuir en cas de danger immédiat. Ce qui est alarmant, c'est quand il y a sur-sollicitation du système nerveux et que ce stress devient chronique en étant constamment présent. Reconnaître un état de stress qu'il soit occasionnel ou chronique est déjà un bon début car beaucoup ignore ce qu'est exactement le stress, pour ensuite l'accepter et l'exprimer librement. Ce n'est pas une lutte contre le stress qu'il faut entamer (plus on lutte contre quelque chose et moins cela fonctionne) mais un rééquilibrage du système nerveux sympathique et parasympathique pour une amélioration de bien des maux.

 

Bien à vous...

 

https://www.unenouvelleterre.fr/

Voir les commentaires

Rédigé par Myriam

Publié dans #boîte à outils

Repost0

Publié le 22 Janvier 2020

Bonjour à tous,

Pour bien comprendre l'importance du déconditionnement, il faut comprendre comment nous sommes conditionnés dès la naissance, par l'éducation parentale et sociétale notamment.

C'est quoi le conditionnement ?

Le conditionnement est une forme simple d'apprentissage, une association entre une stimulation et une réponse. 

Pavlov qui a expérimenté le conditionnement avec un chien le décrit comme une technique permettant à un stimulus neutre (un son par exemple) d'induire une réponse réflexe qu'il n'induit pas naturellement. 

Il existe deux grand types de conditionnement :

Le conditionnement classique (le stimulus à conditionner est un événement extérieur) et le conditionnement opérant (il s'agit de l'action de l'individu lui-même).

J.B Watson considère que les études expérimentales sur le conditionnement de l'animal fournissent la clé de l'analyse des apprentissages humains. Pour lui, le réflexe conditionné est le principe de base de toute acquisition chez l'homme. Ainsi, sur la base des relations primaires comportementales, viennent s'ajouter de nouvelles organisations "stimulus-réponse" et ce schéma s'applique à tous types de stimuli, qu'ils soient émotionnels, verbaux...

Pour Watson, ayant tous le même potentiel de naissance, ce sont les différences du milieu dans lequel on évolue qui façonne différemment et développe des personnalités uniques. Bien que nous sommes le fruit d'un conditionnement, ce qui paraît plutôt pessimiste, cette position ouvre des perspectives éducatives et thérapeutiques prometteuses. Il est donc possible de modifier les comportements inappropriés en utilisant des méthodes de déconditionnement-reconditionnement ce qui permet d'éviter la formation de mauvaises habitudes ou de développer une personnalité déséquilibrée.

Se déconditionner de quoi exactement ?

- De l'éducation parentale

- De la société et de ce qu'elle veut nous faire croire

- Des peurs : de la mort, de manquer d'argent, de perdre son travail...

- Des phobies en tout genre

- Des émotions refoulées

- Des schémas de pensées

- Des croyances-limitantes... et de tout ce qui nous empêche d'être nous-même.

Depuis la naissance, on nous explique ce qui est bien ou mal. Ce qu'il faut faire ou ne pas faire, comment se comporter, etc. Les idées sont ancrées dans l'imaginaire collectif (les-egregores) et tout le monde pense que c'est une réalité. 

Comment se déconditionner de ce qui nous ne nous sert plus ?

Simplement en faisant remonter les informations de l'inconscient au conscient (le-conscient-et-le-non-conscient) afin d'identifier le problème. En effet, 90% des choses se passent dans l'inconscient. Par ailleurs, on ne sait pas forcément reconnaître l'emotion qui nous assaille le plus souvent. Prenons l'exemple d'une émotion souvent ressentie comme la colère. Même si les situations qui remontent font références au passé, nul besoin de revivre ces situations (quelques fois pénibles), le souvenir suffit pour remonter en conscience, et établir un lien avec le problème du moment présent. Il suffira ensuite de s'en débarrasser une bonne fois pour toute, en pleine-conscience, en partant du postulat que l'émotion qui en découle, ne nous est plus d'aucune utilité et qu'il est temps de s'en libérer en la rendant à la terre ou à l'univers (l'éther).

Deux autres approches : 

- L'approche occidentale est de réfléchir au problème, d'en trouver la cause, d'explorer son histoire, son passé, de déraciner le problème à son origine, de déconditionner ou reconditionner le mental, de reconditionner le corps, d'enlever toutes ces empreintes laissées dans le cerveau. C'est la psychanalyse qui travaille dessus, qui explore la mémoire, qui fouille dans l'enfance, dans le passé, remonte en arrière. 

 La même approche psychanalytique s'applique au corps, elle essaie d'éliminer les empreintes de la mémoire du corps. Les deux approches sont sur le même modèle logique, où le problème vient du passé et que d'une façon ou d'une autre il faut l'affronter.

- Lorient a une perspective totalement différente. Premier postulat : aucun problème n'est sérieux. Dès l'instant où vous pensez cela, le problème en question est à 99% réglé et toute la manière de l'envisager change. Deuxième chose que Lorient affirme est que le problème existe parce que vous vous êtes identifier avec lui. Rien à voir avec le passé, ni avec son histoire, l'identification avec le problème reste la cause réelle.

Par exemple la colère : le psychanalyste vous dira d'aller voir dans votre passé, pour savoir comment cette colère a surgi, dans quelle situation, etc. Et ainsi nettoyer complètement le passé. Ce qui peut être long vu les nombreuses situations où cette colère c'est sûrement manifestée !

Le mystique Oriental vous dira : "vous pensez que vous êtes la colère, vous vous sentez identifié avec la colère. Là est le problème. La prochaine fois que vous sentirez la colère monter, soyez simplement l'observateur, soyez seulement un témoin, ne vous identifiez pas à la colère". Regardez la seulement se produire comme sur un écran, comme si vous regardiez quelqu'un d'autre. Ne dites pas :"je suis fâché" ou "je suis la colère". Aucune identification. Car vous êtes pure conscience.

En résumé :

Plusieurs approches possibles pour se déconditionner de ce qui ne vibre plus avec nous, nos croyances profondes et notre être tout entier.

L'approche occidentale, psychanalytique, qui peut prendre plusieurs années ! Cinquante ans d'histoire personnelle est une période très longue s'il faut éliminer tous les problèmes, émotions refoulées, etc.

L'approche de Lorient où l'on considère que le problème/émotion n'existe pas et que tout l'enjeu est de ne pas s'identifier au problème. Pas si facile, mais une fois maîtrisée, il n'y a plus "tant de problèmes que ça". Cette "clé" ouvrira toutes les serrures car elle fonctionne avec tout ce que le mental est capable de créer. Il n'est pas question, là, de nier les blocages, les conditionnements, les refoulements. Ils existent bel et bien, dans le mental ou dans le corps, mais pas dans la conscience car elle ne peut être conditionnée.

La conscience reste libre. Sa liberté est sa qualité la plus profonde.

Lorsque vous vous dites : "je vis dans un monde de fou". Le système a échoué car un fou ne peut pas voir qu'il est fou. Seule une personne saine peut voir ce qu'est la folie, car vous ne vous êtes pas identifier à cette folie.

L'approche Orientale se résume en deux mots : être témoin. L'approche Occidentale se résume à l'analyse. Par l'analyse vous tournez en rond, par le "être témoin" vous sortez du cercle.

La troisième approche est simple, rapide, efficace : vous identifier le problème/émotion en allant chercher dans l'inconscient sans revivre les moments (pénibles) de votre passé. Une fois identifier, vous n'en avez plus besoin et vous vous en libérer en rendant à la terre ou à l'univers.

 

Bien à vous...

 

https://www.unenouvelleterre.fr/

Voir les commentaires

Rédigé par Myriam

Publié dans #Infos

Repost0

Publié le 19 Janvier 2020

Bonjour à tous,

Dans les années 1970, la psychologue Kübler-Ross a réalisé une série d'études sur des patients en phase terminale. Elle s'est rendu compte qu'ils passaient tous par des stades très similaires. Elle a donc développée la théorie des phases du deuil et leurs implications.

Les étapes concernant le deuil de la fin de vie est un processus d'acceptation physique accompagné de douleur et de tristesse (émotionnel). Cependant, suivant le cas et la situation, toutes les phases ne seront pas forcément vécues et les intensités ne seront pas de même nature s'il s'agit de votre propre deuil à faire ou celui d'un proche. Le deuil ne concerne pas seulement la fin de vie mais également des situations telles que les séparations, licenciements, etc.

Les étapes du deuil 

 - Choc émotionnel : représente l'étape ou l'on apprend une mauvaise nouvelle nouvelle, l'annonce d'une maladie, un décès, ou encore la perte d'un objet cher à son coeur (travail, argent, maison, relation amicale, amoureuse...).

Les cinq étapes suivantes seront plus en adéquation avec le deuil de la fin de vie :

- Le Déni ou la négation : phrase type "Ce n'est pas possible, ils ont dû se tromper". Représente le refus de la réalité et le mécanisme inconscient de défense face à un stress ou une angoisse massive. C'est nier ou ignorer l'existence de la mort qui approche telle que notre culture nous la décrit. Elle reflète une attitude défensive du moi qui cherche à maintenir un bien-être alors que c'est l'impuissance qui est présente.

- La colère : Phrase type "Pourquoi moi et pas un autre ?". Représente la confrontation de la personne avec la réalité, sous forme d'irritabilité, d'agressivité ou de colère qui est une emotion normale face à cette nouvelle situation négative. La personne peut retourner cette colère contre elle-même, l'ordre médical, la famille ou même envers Dieu.

- Le marchandage ou la négociation : Phrase type "Laissez-moi vivre pour voir mes enfants grandir". C'est la phase d'acceptation de la situation avec la tentative d'obtenir un sursis, sous forme de négociation, chantage, promesse, prière. La colère n'ayant mené à rien, la négociation apparaît. La personne a l'espérance de voir sa vie prolongée en échange d'une bonne conduite en suivant par exemple toutes les prescriptions médicales à la lettre. Les demandes à l'univers, au destin, aux figures divines que la mort disparaisse arrivent à cette phase également.

- La dépression : phrase type "Je vais mourir... et alors ?". C'est la phase entraînant un état et une sensation d'impuissance, de désespoir, de résignation. Sous forme d'humeur dépressive, de pleurs fréquentes, de perte de l'estime de soi, pensées de mort ou suicidaire, tristesse, insomnie, actions et pensées ralenties, difficulté de concentration, etc. La profonde tristesse diminue l'utilisation des ressources face à une situation plus que critique voire irrévocable.

- L'acceptation : phrase type "Maintenant je suis prêt, j'attends mon dernier souffle avec sérénité". Réinvestissement du sujet dans ses intérêts et ouverture dans l'avenir avec un apaisement de toutes les douleurs qu'elles soient physiques ou émotionnelles. C'est la phase de prise de conscience de ce qui arrive. Volonté de bien-être, de découvertes, de changements avec la recherche de donner un sens à la vie. Les soignants reconnaîtront bien cette phase car elle est celle du "mieux pour le moins bien".

Les étapes suivantes concernent les autres situations que celle de fin de vie :

Le pardon qui suit l'acceptation (pardonner aux autres mais également à soi-même), puis la quête du sens et du renouveau avec un pouvoir de décision, être positif, voir du bon dans la situation même si elle paraît terrible, puis arrive la sérénité (la paix retrouvée), et enfin l'intégration de toutes les phases précédentes dans lesquelles vous êtes rentrées afin de vivre une nouvelle vie et être heureux, c'est ce qu'on appelle communément : la guérison.

Tout ceci fait parti du cheminement, du travail sur soi et d'un processus de changement profond.

On peut se représenter une courbe où les émotions seraient tournées vers le négatif, le refus et la dépression dans la courbe descendante et l'acceptation, le pardon, la quête de sens pour aboutir à une sérénité dans la phase montante de la courbe et enfin l'intégration de l'expérience.

Et les miracles ? 

Etant de nature très optimiste, je me doit de mentionner ces guérisons miraculeuses qui sont reconnues par la science. Bien que les cinq premières étapes du deuil de la fin vie correspondent à des personnes souffrant d'une affection grave et incurable selon la médecine, certaines personnes "guérissent", grâce notamment au lâcher-prise totale, à la prière et à une foi à toute épreuve avec la recherche d'un sens à leur vie (le-chemin-de-vie). C'est pour cette raison que ces guérisons sont considérées comme miraculeuses car peu nombreuses sont les personnes qui ont une telle croyance. Dans ce cas précis, ces personnes poursuivront les étapes qui suivent celle de l'acceptation. Ces résurrections inespérées relèvent de l'éveil. La conscience s'éclaire, le corps guérit. Une expérience cellulaire synonyme de renaissance.

En résumé : 

Même si la théorie de la psychologue Elisabeth Kübler-Ross a souffert de nombreuses critiques (de la part de ses confrères) et qu'elle semble partiellement incomplète, c'était tout de même une grande avancée au niveau de la compréhension des processus du deuil. Ce qui a permis un meilleur ajustement face aux personnes dans cette situation ne serait-ce par la normalisation de ce qu'elles ressentent. De plus, en 1972, elle s'intéresse aux expérimentations sur le voyage astral (terre-d-emeraude) et écrit la préface du livre "Life after life" ce qui démontre un état visionnaire pour les années 70.

Le processus des étapes du deuil chez la personne en fin de vie n'est pas constant et varie en fonction des individus, les émotions varient jusqu'à atteindre l'acceptation. Même si la prise en charge au niveau soignant est de maintenir une présence, en favorisant celle des proches, de faire preuve d'écoute active, d'aider à l'expression des émotions, de respecter les silences, de faire preuve de compréhension à tous les égards (solitude, isolement, gêne, tristesse ,peur, refus de soins...), et soulager par des soins d’hygiène, soins de conforts, aucun soignant n'est formé à cette acceptation du deuil de la personne dont elle s'occupe, au détachement et à l'accompagnent du "passage" dans l'autre vie si la guérison miraculeuse n'opère pas.

Si on apprenait au soignant à ne plus avoir peur de la mort, il passerait ainsi d'une prise en charge à un accompagnement lors du passage dans "l'au-delà".

 

Bien à vous...

 

https://www.unenouvelleterre.fr/

Voir les commentaires

Rédigé par Myriam

Publié dans #Infos

Repost0

Publié le 16 Janvier 2020

Bonjour à tous,

La cohérence cardiaque a des effets incroyables sur la santé. Elle permet la synchronisation du coeur, du corps et de l'esprit via la-respiration. Il est possible d'atteindre un état de relaxation avec cette méthode puisqu'elle est pratiquée dans certaines séances de yoga. Elle a une action sur l'augmentation des sentiments positifs tels que l'amour, la joie profonde, la sérénité, la gratitude, l'enthousiasme, la réceptivité, et réduit les sentiments négatifs tels que la colère, l'anxiété, l'apathie, la déprime...

Les origines de la cohérence cardiaque : 

Les premières recherches remontent aux années 1980 où le russe Vaschillo constate sur des cosmonautes et ensuite chez des enfants asthmatiques, "l'influence bénéfique d'une amplitude élevée de variations du rythme cardiaque". Il élabore un modèle obtenu à partir d'une respiration cadencée entre 5 et 7 cycles par minute. 

En 1993 sortait le premier appareil de biofeedback de variabilité de fréquence cardiaque (VFC) alors orienté sur la gestion du stress et la régulation émotionnelle. Le concept de la cohérence cardiaque s'est répandu ensuite très rapidement.

C'est quoi la cohérence cardiaque ?

C'est une pratique principalement respiratoire, avec des fréquences très précises - 10 secondes, 5 secondes d'inspiration et 5 d'expiration - appelée résonnance respiratoire qui agit principalement sur le stress en faisant baisser le cortisol (hormone du stress) et de nombreux autres effets, mais toujours induit par une meilleure adaptation au stress.

Comment agit-elle ?

Le fait de pratiquer régulièrement une respiration complète par la cohérence cardiaque agit sur le système nerveux autonome au niveau du sympathique et du parasympathique. En état de stress, le sympathique se met en état d'alerte. Lorsque le danger est passé, le parasympathique entre en jeu afin de retrouver un état de repos.

Le système sympathique est absolument nécessaire pour nous permettre de fuir à toutes jambes lors d'un danger imminent. Ce qui l'est moins, c'est quand il reste en état d'alerte en permanence lors d'un stress chronique par exemple.

La cohérence cardiaque permet de retrouver ou de maintenir un équilibre entre les deux phases. A l'inspiration, le coeur s’accélère et à l'expiration, le coeur ralentit.

Lors d'un moment de calme, il y a activation du système nerveux parasympathique en envoyant des messages au corps via son intermédiaire pour lui indiquer de s'adapter à cette situation de repos. Le système cardiaque ralentit et devient plus régulier, la pression artérielle diminue et un sentiment de bien-être apparaît.

Avec un peu d'entraînement, cette pratique peut se faire lors d'une situation stressante ou dès que le besoin s'en fait sentir.

La cohérence cardiaque entraîne de nombreux effets physiologiques, biologiques et physiques. 

Les bienfaits : 

- Améliore le sommeil

- Réduit la tension artérielle

- Régule l'insuline (diabète)

- Augmente la DHEA (hormone de jeunesse)

- Améliore la concentration...

Les principes : 

- Respiration en pleine-conscience

- Ralentissement et régulation du coeur

- Régulation du système neurovégétatif (sympathique/parasympathique)

- Séparation entre le Moi et mes émotions (je suis différent de mes pensées et de mes émotions)

- Un retour à soi

- Un esprit serein, un corps calme

Concrètement :

Caler sa respiration sur un métronome respiratoire est la façon de s'entraîner la plus simple. Vous trouverez des applications gratuites facilement. C'est un entraînement quotidien qui permet une progression et une consolidation des effets sur la santé en générale. Elle permet une respiration lente, régulière et contrôlée.

La méthode de Dr David O'Hare des 365 consiste à pratiquer :

. 3 fois par jour (matin, midi et après-midi, environ toutes les 4 heures, et une le soir si problèmes de sommeil)

. 6 respirations complètes par minutes (5 secondes sur l'inspiration et 5 secondes sur l'expiration)

. 5 minutes par séance minimum

. 365 jours par an.

Le Dr O'Hare a publié sept livres en relation avec la cohérence cardiaque dont "3,6,5 cohérence cardiaque" consacré entièrement à l'explication physiologique du pourquoi 3 fois par jour, 6 respirations par minute pendant 5 minutes. Il a écrit sur la gestion du poids "Maigrir par la cohérence cardiaque" dans lequel il aborde le contrôle du rythme cardiaque permettant de réduire le stress et par conséquent de manger moins. Il a aussi publié sur le stress, sur les prises de décisions, sur la méditation, sur la désaccoutumance du tabac avec un protocole précis, le tout en rapport avec la cohérence cardiaque.

La position :

Assis confortablement, les deux pieds au sol, les mains sur les cuisses ou sur une table, le dos bien droit.

Contre-indication ?

Aucun effet indésirable et aucune contre-indication à pratiquer cette méthode.

La cohérence cardiaque est particulièrement indiquée pour la prévention des accidents cardio-vasculaires, et certains cardiologues la pratiquent dans des services de rééducation. Des études ont montré qu'à partir de 8 semaines de pratique, elle permet de réduire l-hypertension et le stress qui sont des facteurs de risques cardio-vasculaires.

En résumé : 

La cohérence cardiaque encore appelée l'intelligence du coeur est un outil de plus pour gerer-les-emotions, votre stress, votre poids et l'hyperglycémie (l-index-glycemique), éviter le grignotage, baisser la tension artérielle, maîtriser les phobies, etc. La cohérence cardiaque peut tout cela et bien plus encore. Toutefois, afin d'obtenir tous les bienfaits de cette méthode par une respiration complète, il est souhaitable d'avoir connaissance de votre respiration. Savez-vous pratiquer la respiration complète ? Ou avez-vous une respiration ventrale ? Thoracique ? Scapulaire ? (les-differentes-respirations). Identifier et prendre conscience de sa façon de respirer reste primordiale pour obtenir tous les effets escomptés de cette méthode.

 

Bien à vous...

 

https://www.unenouvelleterre.fr/

Voir les commentaires

Rédigé par Myriam

Publié dans #boîte à outils

Repost0

Publié le 10 Janvier 2020

Bonjour à tous,

La respiration que l'on nomme également la ventilation pulmonaire est un processus automatique et involontaire. Cependant, on peut commander des inspirations et des expirations forcées à la différence des battements du coeur. Notre respiration (grâce au diaphragme) est essentielle pour assurer les échanges gazeux, mais elle fait bien plus que cela. Elle participe au bon fonctionnement du système digestif complet, facilite l'élimination des déchets et toxiques, agit comme une pompe circulatoire et active de nombreuses autres fonctions organiques par massage.

Les éléments de la respiration :

L'air rentre lors de l'inspiration par le nez ou la bouche pour certains. Il passe ensuite par le pharynx qui se situe entre le nez et la trachée, et qui, travaillant avec le larynx contrôle l'ouverture et la fermeture du tube respiratoire (trachée) et le tube digestif (œsophage). La trachée conduit l'air jusqu'aux bronches. Elles se réduisent pour donner les bronchioles puis à leurs extrémités : les alvéoles. C'est à ce niveau que s'effectuent les échanges gazeux.

Les deux poumons contiennent les bronches, les bronchioles et les alvéoles. Ils reposent sur le diaphragme et sont protéger par la cage thoracique.

Le diaphragme est un muscle très large qui constitue le principal muscle inspirateur de la respiration. Lorsqu'il se contracte, il permet l'inspiration et lorsqu'il se relâche, il permet l'expiration. Il joue donc un rôle majeur dans la respiration, puisqu'il est le moteur principal (avec les muscles costaux).

Le diaphragme et ses répercussions sur l'organisme sont multiples. Une conséquence directe de son blocage engendre une mauvaise respiration que l'on nomme la respiration inversée : strictement thoracique ou claviculaire. C'est le signe flagrant d'un état de stress. Ceci provoque une respiration limitée, un plexus douloureux et une sensation d'oppression souvent accompagnée d'anxiété et d'angoisse, une douleur à l'estomac (la boule au ventre), une sensation de boule dans la gorge, de nausée, de répercussions sur le dos avec des contractures musculaires, une émotivité exacerbée, des troubles de l'élocution (souffle coupé dont l'origine n'est que respiratoire), de la fatigue chronique, des difficultés d'endormissement, des réveils nocturnes, des crampes...

Un nœud et une pression au plexus solaire est une tension maintenue du diaphragme car il a tendance à se contracter sous l'effet du stress chronique, d'un surmenage, d'un choc émotionnel, d'une mauvaise position de travail, etc.

Le plexus solaire appelé aussi le creux de l'estomac est le siège de nos émotions : dans certaines traditions, il est associé à un centre énergétique qui est lié à la confiance en soi, la motivation, au pouvoir et à la colère. Réussir à détendre le diaphragme et donc le plexus, c'est retrouver une aisance respiratoire fluide et régulière et un bien-être profond.

Sur le plan physique :

A l'inspiration, une partie de l'oxygène contenu dans l'air passe dans le sang qui le distribue à tous les organes du corps. A l'expiration, le gaz carbonique (CO2) produit en tant que déchets par les organes est rejeté à l'extérieur. Le plexus solaire est aussi un centre nerveux ou de nombreux nerfs innervent les organes de l'abdomen via le système nerveux sympathique. Enfin lors de chaque mouvement du diaphragme, les organes sont massés lors de la pression abdominale et le muscle transverse de détend.

Sur le plan et psychologique et émotionnel :

On donne au diaphragme le nom de "grand muscle de l'émotion". Avoir le souffle court découle d'un état émotionnel. La respiration et donc le diaphragme peut être bloqué - inconsciemment - lorsque nous nous concentrons sur une chose précise ou face à une situation riche en émotions. La respiration reflète aussi notre état psychologique et il n'est pas rare lors d'une libération du diaphragme de voir un flot d'émotions enfouies se libérer et quelques larmes couler.

Sur le plan énergétique et spirituel

D'un point de vue énergétique, la respiration et le mouvement du diaphragme réalisés en pleine conscience permet de retrouver une harmonisation, un état d'équilibre et une intensification du champ d'énergie. Lors de certains cours de yoga, notamment accès sur la respiration, l'inspiration sert à faire rentrer de l'air par les narines (prana) tout en gonflant le ventre afin que dans l'intention, le prana aille s'ancrer au niveau du ventre (hara).

Respiration normale ? 

Tout le monde a l'impression de respirer normalement et sa définition est relative. Une respiration normale implique un déplacement du diaphragme vers la cavité abdominale qui provoque une pression qui va s'étendre vers le bas en faisant gonfler le ventre. Pourtant, en faisant un test simple, vous pourrez éventuellement vous rendre compte que vous respirez uniquement par le haut de la poitrine. Ce qui signifie que votre respiration n'est plus "normale" mais thoracique. Ce type de respiration est due, soit au diaphragme bloqué, soit à une mauvaise habitude d'utiliser les muscles intercostaux qui sont les muscles accessoires de la respiration, à la place des muscles principaux.

La conséquence est la tendance à l'hyperventilation, aux angoisses, à la sensibilité accrue au stress et aux inflammations des viscères ainsi qu'à des problèmes lombaires.

L'importance de la fréquence respiratoire : 

Il existe une corrélation entre la fréquence respiratoire et les maladies. Elle est augmentée chez les personnes atteintes de maladie chronique. Ce problème est généralement dû au stress. Avec un abdomen plus difficile à déplacer et un diaphragme qui doit faire des efforts pour le faire. Pour se soulager, le diaphragme va raccourcir les cycles. Détendre cette zone changera donc rapidement la fréquence. 

Une mauvaise fréquence respiratoire entraîne une hyperventilation. Si l'inspiration est plus longue que l'expiration cela provoque un déséquilibre du système nerveux autonome qui se met en mode alerte en augmentant le stress. Un tel déséquilibre provoque une moins bonne oxygénation, une réaction sur l'ensemble du métabolisme ainsi qu'une fatigue sur un long terme.

Vous pouvez vérifier le nombre de respirations par minute afin d'avoir votre propre fréquence et voir si vous êtes au-dessus de la norme et dans ce cas, travaillez sur la réduction de cette fréquence. Rappelons que la norme pour l'être humain, est de respirer entre 12 et 16 fois par minute (entre 8 et 12 il y a moins de cent ans). 

En résumé : 

Si la respiration est dite "automatique", il n'en reste pas moins vrai que pour la plupart d'entre nous, cette respiration que l'on oubli facilement est non seulement "mauvaise" mais également néfaste pour notre santé . Pourtant cette respiration, en étant bien contrôlée peut directement impacter le système nerveux autonome de façon positive et ainsi agir sur le stress et par conséquent les maladies et notamment la douleur. Se concentrer sur sa respiration permet d'apaiser le mental, il en est de même pour la douleur. La respiration en pleine-conscience permet le lâcher-prise et se focaliser sur le moment présent. C'est un moment où le corps et l'esprit ne font plus qu'un.

En travaillant sur la respiration, vous musclerez votre diaphragme. La méthode hypopressive par exemple permet de le solliciter mais également de renforcer les abdominaux, notamment le muscle transverse.

Une bonne respiration aide aussi à l'équilibre de la colonne vertébrale et à une bonne posture en général.

Comme le dit Yvan Cam "Savez vous quel est le point commun entre la fatigue chronique, le mal de dos, le stress, l'inflammation, la motivation ou la qualité de vos relations sociales ? Ils sont tous influencés par la qualité de votre respiration !".

 

http://ateliernaturo89.com/2020/01/les-differentes-respirations.

 

Bien à vous...

 

https://www.unenouvelleterre.fr/

Voir les commentaires

Rédigé par Myriam

Publié dans #Infos

Repost0

Publié le 7 Janvier 2020

Bonjour à tous,

Les expériences à l'état de rêve se fractionnent en diverses catégories. Même s'il est impossible de tous les classifier, surtout lorsque l'on aborde le domaine du vécu personnel, on peut toutefois identifier les principales divisions des mondes intérieurs, là où le rêveur expérimente.

Les huit catégories de rêves - citées dans le livre "l-art-de-rever" - sont associées au différents plans ou corps-energetiques.

Les rêves réactifs : associé au plan physique, ils caractérisent les rêves réagissant aux conditions extérieures en rapport avec le corps physique. Ils ne demandent aucune analyse profonde, sinon l'identification de la cause qui perturbe le dormeur. Par exemple vous rêvez que vous marchez dans le désert et que vous cherchez une source pour vous désaltérer ; au réveil, vous avez une soif terrible, cela ne signifie pas que votre vie soit un désert mais juste que le corps signale qu'un peu d'eau le soulagerait. Le cerveau endormi garde un contact partiel avec l'environnement par le canal des sens. Ainsi, le rêve incorpore des éléments sensoriels à la scène qui se joue dans la conscience du rêveur.

Les rêves compensateurs : associé au plan astral, ils caractérisent les rêves maintenant l'équilibre émotionnel et psychique en rapport avec les sentiments. L'emotion joue un rôle clé et le rêveur prend conscience de ses sentiments par des scénarios appropriés ou il apprend à maîtriser ses émotions grâce à des mises en scènes pertinentes. Du rêve agréable au cauchemar, chaque séquence devient une occasion d'expérimenter sa capacité de contrôle. Grâce à cette soupape, les expériences émotionnelles refoulées durant le jour trouvent une échappatoire durant la nuit. Cette fonction vitale favorise une bonne santé mentale. Dans cette catégorie, on retrouve les rêves de combat pour libérer l'agressivité refoulée, les rêves de séduction pour attirer la source de notre plaisir, le rêve de destruction pour supprimer la cause d'un déplaisir ou d'une source d'ennuis. Ainsi que les rêves d'affirmation de soi pour contrer une gêne paralysante, les actions héroïques pour lutter contre une passivité malsaine et les rêves à caractères sexuels qui libèrent les tensions instinctuelles. Et tous ces rêves un peu fous qui constituent un brin de folie nocturne qui permettent de nous évader de la logique empoisonnante, de la normalité astreignante et de la routine ennuyante qui contrebalancent nos bonnes manières diurnes.

Les rêves temporels : associé au plan causal, ils caractérisent les rêves en provenance de la trame temporelle en rapport avec le passé, le présent et le futur. Le rêve temporel transporte dans le temps et vous emmène à une époque évoquant la source ou la cause d'un problème actuel à régler. Il fait référence au principe de cause à effet. Pour Jung c'est l'inconscient collectif, le Bouddhisme mentionne les annales akashiques qui contiennent la mémoire indestructible de toute forme de vie dans tous les univers. Vous avez donc accès à la trame du temps, ce qui permet entre autre, de revivre des scènes d'enfance qui sont les causes expliquant les effets présents. Ou dans le futur qui laisse entrevoir une possibilité d'événements pouvant se produire. Les rêves du présent sont plus fréquents et permettent une vue d'ensemble sur votre vie en prenant une position de recul et d'objectivité. Genre de bilan provisoire que l'on peut faire chaque nuit et qui reste un outil précieux pour se réajuster s'il le faut.

Les rêves prémonitoires : associé au plan causal, ils caractérisent les rêves appartenant au futur en rapport avec des événements qu'on ne peut changer et qui appartiennent au destin. Pour différencier les rêves prémonitoires des rêves prophétiques, il faut faire appel à l'intuition, cette petite voix intérieure qui ne se trompe jamais, qui est le chuchotement de l'âme qui divulgue des certitudes qu'on ne peut réfuter. Même si certains préférerait ignorer cette capacité, ils sont privilégiés en ayant la possibilité d'être préparés à faire face à des circonstances parfois éprouvantes.

Les rêves télépathiques : associé au plan mental, ils caractérisent les rêves de communication avec soi ou avec les autres en rapport avec les pensées et l'intellect. Il permet de régler un conflit avec un tiers, rétablir une communication, comprendre le point de vue d'une autre personne. Le phénomène de télépathie est un échange de pensées d'un sujet à un autre sans que la communication ne s'établisse par les voies sensorielles connues. Elle peut avoir lieu avec des personnes que l'on connait, avec des entités décédées ou des êtres qui nous sont familiers mais seulement dans le monde du rêve. Dans les rêves on peut communiquer avec soi-même : cet échange franc et intime du grand Soi avec le petit moi qui permet d'élaborer notre propre philosophie de la vie et d'établir des objectifs individuels. Cette communication télépathique est également facilitée avec les autres (par l'esprit conscient qui dort) car nous sommes beaucoup plus réceptifs à l'état de rêve que dans notre vie éveillée. Ce rêve permet d'harmoniser les relations avec l'entourage, la famille, les collègues de travail, et peut aussi se produire avec un animal domestique à qui nous sommes très attachés. 

Les rêves spirituels : associé au plan spirituel, ils caractérisent les rêves concernant notre évolution spirituelle en rapport avec l'âme et se rapportent au développement intérieur. L'âme, la partie qui est en consciente évolution, possède différentes enveloppes dont le corps astral, causal et mental qui lui servent à expérimenter dans les mondes de matière, d'espace et de temps. Ces voyages intérieurs dévoilent l'ampleur des émotions grâce au monde de l'astral, siège des émotions et de l'imagination. Ils engendrent une plus grande autonomie à cause des prises de conscience qui en résultent. Une autre facette importante du rêve spirituel associé au plan astral est l'apprentissage du détachement, l'aptitude à laisser aller afin de progresser vers du nouveau. On retrouve les rêves d'envol et les rêves lucides permettant d'identifier le niveau de conscience astrale dans les rêves spirituels.

Le rêves (d'envols) dans lesquels vous volez, planez comme un oiseau, échappez à l'attraction terrestre, sautez et demeurez dans les airs symbolisent la liberté intérieure à laquelle vous avez accès. Ils sont parfois appelés projection astrale (terre-d-emeraude).

Le rêve lucide est celui dans lequel vous avez conscience de rêver et avez la possibilité d'y exercer votre volonté. Vous pouvez ainsi modifier le scénario qui se déroule devant votre conscience. Les images déplaisantes peuvent se changer en scènes agréables, la menace devenir inoffensive et une fin tragique se transformer en déroulement heureux. Le rêve lucide devient un outil de maîtrise de soi et permet de résoudre d'une façon créative les problèmes quotidiens.

Stephen Laberge a écrit dans son livre "Le rêve lucide" : "La flexibilité et la confiance en soi, que la lucidité entraîne dans son sillage, constituent une source considérable d'accroissement de la capacité du rêveur à maîtriser les situations qui se présentent en rêve".

Les rêves spirituels du plan causal se déroulent sur la trame du temps ou il est possible d'entrevoir une portion de vie antérieure qui amène un éclairage nouveau des conditions du vécu présent.

Quand aux rêves spirituels appartenant au plan mental, ils donnent un accès à un réservoir plus grand de connaissances. La pensée se libère des croyances-limitantes et les questions ont leur réponses, et les solutions apparaissent aisément. Dans cette dimension, vous pouvez rencontrer des guides de lumière qui communiquent par télépathie pour vous enseigner des connaissances nouvelles.

On nourrit tous les jours le corps physique avec des aliments, le corps émotionnel avec des sentiments et le corps mental avec des lectures, des films et des conversations. Mais qu'avons-nous à offrir au corps spirituel ? Le rêve est un outil pour lui permettre d'accéder à cette nourriture divine.

Les rêves initiatiques sont associés au plan spirituel puisqu'ils font partis de rêves qui provoquent des changements intérieurs importants. C'est lorsqu'au réveil, vous réalisez qu'une transformation intérieure a eu lieu car vous réagissez différemment aux situations quotidiennes. Les symboles qui reviennent souvent sont le feu, les astres, la présence d'êtres lumineux , des rituels à accomplir... C'est dans les rêves d'initiation que le rêveur à l'impression de passer des tests ou d'être mis à l'épreuve. La personne sent qu'elle a accès à un autre niveau de conscience.

Certains rêves bénéficient de la présence d'un ou plusieurs guides, connus ou inconnus qui vous montrent le chemin et vous dirigent dans la bonne direction. Parfois, ils vous escortent dans des lieux comme des châteaux, des temples, des cathédrales, des écoles, ou des universités. Le rôle du guide se résume à guider, protéger et aider. 

En résumé : 

Le rêve nous initie aux étapes de la vie, aux divers stades de notre évolution intérieure, à des connaissances essentielles, à l'après et à l'à-côté de la vie terrestre, comme le spécifie Laurent Lachance dans son livre "Les rêves ne mentent pas" où il décrit les sept fonctions du rêve : compensatoire, informatif, prémonitoire, télépathique, télékinésique (qui nous fait voyager), initiatique (qui nous introduit au monde de l'après vie) et énergétique (destinée à nous mettre en contact avec les forces universelles).

Un même rêve peut contenir des éléments appartenant à plusieurs catégories de rêves à la fois. Le voyage intérieur s'effectue alors dans plus d'une dimension et a des composantes à la fois télépathiques, prophétiques et spirituelles.

Enfin, tout le monde rêve, c'est scientifiquement prouvé et c'est une nécessité psychique. Alors pourquoi tout le monde ne se souvient-il pas d'avoir rêvé ? Par peur de tout ce qui est irrationnel et inconscient. Pourtant il faut bien pactiser avec notre inconscient qui constitue une part importante de notre vie et de notre comportement. Tout ce qui est mystérieux, magique, prémonitoire et impalpable nous est présenté comme un danger pour notre raison comme le souligne Laurent Lachance dans son livre.

 A chaque envolée dans les mondes oniriques, vous acquérez une expérience nouvelle et des informations supplémentaires.

 

Bien à vous...

 

https://www.unenouvelleterre.fr/

Voir les commentaires

Rédigé par Myriam

Publié dans #livre

Repost0

Publié le 3 Janvier 2020

Accepte ce qui est, laisse aller ce qui était et aie confiance en ce qui sera.

Bouddha

Bonjour à tous,

Ce blog a vu le jour le 22 Novembre 2018 avec l'envie de transmettre des informations via l'écriture sur des sujets divers et variés mais cependant tous dans le domaine de la Naturopathie puisque telle est ma nouvelle fonction. La plupart des gens pensent que cette discipline se résume à donner des conseils sur la prise de telle plante pour tel symptôme - et dans ce cas ce n'est plus de la Naturopathie mais de la Naturothérapie - domaine qui ne m’intéresse guère. 

Les écoles de Naturopathie proposent d'aborder une dizaine d'outils différents tels que la phytothérapie, l'aromathérapie, les-fleurs-de-bach, la morphopsychologie, la géobiologie (la-memoire-des-murs), et bien d'autres, suivant l'école que l'on aura choisie. Certaines seront un peu plus "scientifique" et d'autres auront un accès sur l'aspect énergétique.

Cette médecine complémentaire naturelle est pourtant un système bien plus complet qui met l'accent sur les mécanismes naturels d'autoguérison du corps d'une part et sur l'aspect - très important - du développement personnel de chaque être humain, car à mon sens, les deux sont intimement et étroitement liés.

J'ai souhaité, dans ma pratique, mettre en avant et travailler sur les quatre aspects suivants :

- Le physique : en redevenant acteur de sa santé et prendre soin de soi par des moyens naturels.

_ Le mental/psychologique : afin de trouver la cause première de la problématique, qu'elle soit consciente ou inconsciente.

- L'émotionnel : car il joue un rôle primordial dans chaque situation/problématique, qu'on le veuille ou non.

- Le spirituel : étant tous des êtres spirituels venus expérimenter sur terre et non l'inverse.

Ce blog a pour vocation de répondre aux quatre aspects cités plus haut via des outils différents. L'ouverture d'esprit - qui je le rappelle, n'est pas une fracture du crâne - et la compréhension des choses peuvent opérer en lisant un livre ou en regardant un film (cloud-atlas). Il est aussi notamment accès sur l'augmentation de la conscience, le travail sur soi, le-chemin-de-vie et tout ce qui relève du domaine energetique et de la spiritualite, qui est non mesurable, non palpable.

En un an, plus de cent-cinquante articles ont été écrits. Certains seront repris cette année, afin d'y apporter des informations supplémentaires pour une meilleure compréhension. J'écris ces articles en faisant une synthèse d'informations collectées par d'autres personnes. Je n'ai pas la prétention d'inventer quoi que ce soit. Certaines personnes ont quelque fois passé toute une vie de recherche et sont devenus des maitres en la matière dans leur discipline. Je ne fais que transmettre l'information en faisant du mieux que je peux (un des accords toltèques).

Le changement est en marche depuis quelque temps déjà et il va se manifester dans de nombreux domaines de la vie, ce qui sera difficile pour ceux qui résistent ou qui craignent le changement. De plus en plus d'individus s'éveillent et la conscience s'étend. Ce n'est pas à craindre car après tout vous avez choisi d'être ici en cette période puissante de changement physique, mental, émotionnel et spirituel.

Le nouvel an est une période pendant laquelle beaucoup prennent des résolutions pour faire des changements dans leur vie. Elles sont généralement basées intellectuellement sur la façon d'être une bonne personne ou de vivre plus sainement. Même si ces concepts restent importants, le changement devra venir de l'intérieur en suivant sa guidance et son intuition.

Je souhaite que pour cette année 2020, année miroir, une prise de conscience globale se fasse afin que chacun puisse prendre ou reprendre sa vie en main. Je vous souhaite de travailler sur vos peurs qui paralysent et empêchent d'avancer que ce soit dans le domaine du travail ou en amour, travailler la-confiance-en-soi, d'augmentez-votre-conscience afin de vivre une vie enrichissante et épanouissante.

 

Bien à vous...

 

https://www.unenouvelleterre.fr/

Voir les commentaires

Rédigé par Myriam

Publié dans #partage

Repost0