Les différentes respirations

Publié le 1 Juin 2020

Bonjour à tous,

Le yoga considère la-respiration comme l'un des principes de bases en associant toujours la respiration à la pratique. Hormis l'importance de ce qu'elle représente au niveau des échanges gazeux, elle est le lien entre le stress, la douleur et l'inflammation et la qualité des relations sociales de chacun comme le souligne Yvan Cam. On pense tous bien respirer puisque c'est automatique et que l'on a pas besoin de réfléchir pour le faire.

Pourtant qu'est-ce qu'une respiration normale ?

La respiration normale ou respiration naturelle est celle que l'on observe chez les bébés. C'est déjà une très bonne respiration, cependant elle ne correspond pas à la respiration complète. Le principe de la méditation, du yoga, de la relaxation et même du sport sont basés sur une respiration profonde et complète, que l'on nomme "respiration sacrée".

La respiration ventrale encore appelée abdominale ou diaphragmatique est donc la respiration "naturelle" du bébé. Seul son ventre se gonfle, c'est la respiration d'origine. Elle se perd généralement en grandissant - avec le stress - si l'on y prête pas attention. Vérifiez toujours après un choc émotionnel ou une situation stressante que vous avez conservé votre respiration ventrale. 

La respiration thoracique : si de façon récurrente vous êtes stressé ou angoissé, il est quasi certain que vous êtes dans une respiration thoracique. Ce n'est pas volontaire. Si lorsque vous respirez, vous ne voyez qu'une augmentation au niveau de la poitrine, c'est bien que vous êtes dans une respiration thoracique, ce qui implique un état de stress soit momentané pour une situation bien précise, soit permanent. 

La respiration claviculaire ou scapulaire correspond à une respiration haute (épaules). C'est la respiration de l'hyperventilation que l'on préconise lors d'une crise d'angoisse par exemple et qui consiste à respirer avec environ 15% de la capacité pulmonaire. Elle prend tout son bénéfice lors de la respiration complète mais reste la pire façon de respirer pour tout ceux qui sont en hyperventilation en permanence lors d'une simple marche par exemple.

La respiration complète : c'est l'ensemble des trois respirations réunies = respiration abdominale (respiration basse au niveau du ventre) + thoracique (respiration moyenne au niveau du thorax) + claviculaire (respiration haute au niveau des épaules). Elle est principalement basée sur la bonne utilisation du diaphragme. En pratiquant la respiration complète, les poumons, les cellules et le corps tout entier est mieux oxygéné, ce qui permet de libérer un grand nombres de toxines.

Autres grands classiques des problèmes respiratoires :

La respiration buccale : si vous ne faites aucun effort physique et que vous ne parlez pas, vous n'avez pas lieu de respirer par la bouche. Cette respiration n'est pas naturelle. Elle reste un dysfonctionnement qui s'installe souvent dès l'enfance, qui peut perturber le sommeil en empêchant d'entrer dans le sommeil profond et créant ainsi de la fatigue. Elle peut donc avoir divers impact à cours ou long terme et entraîner maux de gorge, bouche sèche, migraine, etc. Chez l'enfant, elle est à prendre en compte très sérieusement et l'intervention d'une orthophoniste est préconisée afin d'adopter une respiration nasale, corriger la déglutition, l'articulation des mots, développer la musculature du visage, etc. A l'âge adulte, le stress et l'anxiété sont aussi responsable de la respiration buccale car il active le système nerveux sympathique conduisant à une respiration superficielle, rapide et anormale. A un âge plus avancé, la respiration buccale peut entraîner des apnées du sommeil.

La respiration paradoxale : c'est l'état se traduisant par un ventre qui dégonfle à l'inspiration et qui gonfle à l'expiration. Ce qui représente l'opposé de son mouvement en temps normal, alors entraîné indirectement par le diaphragme, ce qui provoque un épuisement de celui-ci toujours induit par un stress important. Resté en respiration paradoxale induit de gros problèmes posturaux en plus d'un problème de ventilation. Cependant, certaines personnes font volontairement cette respiration pour travailler spécifiquement sur certains points, ce qui ne pose aucun soucis dès lors que c'est volontaire et ponctuel.

La respiration superficielle : Par définition, c'est la respiration qui ne remplit pas les poumons. C'est une respiration qui se fait principalement avec les muscles inspiratoires accessoires, ce qui produit une respiration seulement par la partie haute du thorax. La respiration ventrale ne signifie pas respiration complète et peut même être le signe d'une respiration superficielle. Si lors d'une inspiration, votre ventre gonfle, c'est très bien, mais si vos côtes flottantes ne descendent pas, c'est le signe que votre diaphragme bouge peu et signe d'une respiration superficielle.

Les apnées incontrôlées : c'est l'une des plus mauvaises habitudes respiratoires qui arrivent lors d'une émotion accrue ou un pic mental. Les micro-apnées sont les plus classiques, toutefois il peut y avoir des apnées longues comme dans l'apnée du sommeil mais également apnée en étant éveillé, lors d'une concentration extrême par exemple. Les apnées sont dues à une sur-activation du système nerveux végétatif et donc viennent lors d'une situation de stress. Ce n'est pas l'apnée qui pose un problème en soi mais le fait de ne pas en avoir conscience.

La bio-respiration : 

Un point sur la biorespiration (expérience vécue à l'école de Naturopathie) encore appelée le "Rebirth" qui permet une élimination des déchets acides au niveau cellulaire ainsi q'un déblocage des émotions refoulées au plus profond de notre corps. C'est une méthode apparue dans les années 70, en observant des gens qui se mettaient en respiration dite "automatique" en période de détente ou de relaxation et qui auraient obtenu une détente physique, mentale et émotionnelle.

En faisant entrer une grande quantité d'air dans l'organisme (hyperventilation), le corps entre en alcalose métabolique qui le pousse à se déséquilibrer au niveau pH sanguin, celui-ci étant quasiment invariable : aux environ de 7,3. En effet, lorsque l'on biorespire, on emmène un surplus basifiant au corps qui, pour revenir à son état normal, en équilibre, va rejeter les déchets acides (d'où tétanie, tremblements, fourmillement) qui sont la source de déséquilibres émotionnels.  Cette méthode permet de libérer les blocages ancrés de façon inconsciente depuis l'enfance.

En pratique : respiration active ou forcée puis dans un deuxième temps phase de relaxation (nécessaire pour la détox des déchets acides qui seront filtrés par les reins) accompagnée d'une musique relaxante. La phase active doit être équivalente en temps à la phase de relaxation.

Il est recommandé de pratiquer cette méthode avec quelqu'un de compétent car les exercices sont très puissants. Le formateur permet de faire intégrer la technique de la meilleure façon possible.

En résumé :

Il est important en cas d'angoisse, de stress, de maladie, qu'elle soit ponctuelle ou chronique, de vérifier non seulement son mode respiratoire mais également sa fréquence respiratoire (la-respiration). Vous pourrez ainsi travailler sur la réduction de cette fréquence si elle se situe au-dessus de la norme afin de retrouver un équilibre au niveau du système nerveux autonome qui est sur-sollicité en cas de stress chronique. Ce qui induit un cercle vicieux - stress - maladie - douleur - stress... Comprendre les différentes respirations, se réapproprié la respiration ventrale à l'aide d'exercices simples permet de sortir de ce cercle vicieux.

On peut consciemment - et toujours encadré - pratiquer une respiration superficielle et rapide ce qui sera le cas de la biorespiration par exemple ou le fait de travailler sur la conscience analytique cérébrale (CAC) et la conscience intuitive extra-neuronale (CIE) proposée par le très célèbre Dr Jean-jacques Charbonnier. On peut tout aussi accéder à la conscience intuitive et travailler sur les émotions enregistrées dans le corps par la respiration superficielle ou rapide dans le mécanisme de la biorespi qui est la transformation des tensions physiques (blessures du passé) par la pratique de l'hyper-ventilation. Elle est aussi un puissant allié pour la détox, notamment pendant le jeûne.

 

Bien à vous...

 

https://www.unenouvelleterre.fr/

Rédigé par Myriam

Publié dans #boîte à outils

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article