La macrobiotique

Publié le 12 Avril 2020

Bonjour à tous,

Les origines de la macrobiotique sont issues des traditions orientales, en particulier de la Chine et du Japon, comme le I-King, le bouddhisme, le taoïsme, le zen, etc. Georges Ohsawa est celui qui a fondé le mouvement de la macrobiotique. Il a décidé de renouveler cette méthode (déjà connu depuis l'antiquité) en gardant les principes d'hygiènes de vie du départ, tout en s'inspirant de l'alimentation des moines et en classant les aliments. Il a allié la médecine japonaise avec les conceptions scientifiques occidentales et les idées de la nutrition et de la pensée philosophique zen pour créer ce qu'il appelait "le zen macrobiotique". Dans les années 60, ce mode alimentaire devient à la mode, surtout au Japon, puis dans le reste du monde. 

Issu du grec ancien "macro" = grand et "bio" = vie, ce terme signifie littéralement "grande vie". La macrobiotique est plus qu'un régime alimentaire. C'est un art de vivre et de penser qui vise à trouver un équilibre global avec l'environnement et dont l'une des applications quotidiennes est son système nutritionnel original.

Le principe de grande Unification : 

Le zen et la macrobiotique poursuivent le même but, à savoir l'évolution de l'homme. Ohsawa propose une discipline de vie permettant de dévoiler le jugement de l'homme pour le faire accéder à un état de conscience plus large. Elle est basée sur ce que les sages appellent la théorie du yin-et-du-yang, également appelée le Principe Unique ou principe de grande Unification. 

Le principe essentiel de la macrobiotique : 

Le système nerveux a deux branches : le parasympathique (yang) et le sympathique (yin). La maladie ne serait qu'un déséquilibre entre les deux. Il suffit donc de rééquilibrer par une alimentation adéquate au niveau du yin et du yang pour que tout redevienne à la normale. C'est la raison pour laquelle il existe différents régimes macrobiotiques (dix en tout) dont le choix se fera en fonction de la gravité de la maladie. 

La règle de base est l'importance d'un corps sain et d'un cerveau bien irrigué par un sang dépourvu de toutes toxines, afin d'assurer un bon fonctionnement physique, psychologique et spirituel. C'est pour cette raison que l'alimentation la plus naturelle possible, de qualité biologique voire biodynamique est plus que souhaitable.

D'une manière générale, cette discipline s'accorde avec les grands principes nutritionnels et écologiques. Les aliments favorisés seront de préférence de saison et locaux, non raffinés, non traités et cultivés en accord avec la nature.

La base de l'alimentation est axée sur les légumes, les champignons, les algues, les céréales complètes, les légumineuses, les fruits, les produits de la mer surtout les coquillages et crustacés qui produisent une énergie plutôt neutre, peu de viande animale car majoritairement yang. La cuisson sera brève ou à feu doux, sans électricité et sans micro-onde évidemment. L'apport hydrique sera réduit sauf au printemps/été et sous forme d'eau filtrée ou d'eau de source, de thé japonais ou de yannoh.

La diététique du yin et du yang : 

L'alimentation macrobiotique va prendre en considération les qualités énergétiques yin et yang des aliments, ses influences sur l'énergie vitale du corps, ses caractères saisonniers et ses modes de cuisson (cuits de préférence ou crus). Et selon le terrain, le temperament et l'état de santé de chacun, il suffira d'ajuster selon ses besoins.

Les différents tempéraments :

- Hyper-yang (feu) : actif, nerveux, extraverti. Organe : coeur.

- Yang (bois) : actif, peu émotif, extraverti. Organe : foie.

- Yin-yang (terre) : peu actif, peu émotif, paisible. Organe : rate/pancréas.

- Hyper-yin (eau) : peu actif, hyper émotif, introverti. Organe : rein.

L'alimentation est donc à équilibrée en fonction des charges énergétiques du yin (positives) ou plutôt yang (négatives).

En pratique : 

Un macrobiote n'attend pas d'être malade. Dès qu'il est enrhumé ou fatigué, il sait qu'il peut agir immédiatement sur son système nerveux en le rééquilibrant. Il retrouve rapidement la forme, la santé et son enthousiasme en rééquilibrant son alimentation entre le yin et le yang. Pour se faire, trois jours de riz complet (régime n°7 : 100% céréales) peu suffire, la céréale la plus au centre sur l'échelle yin/yang. Un régime n°7 de dix jours permettrait de reconstitué entièrement le sang, ce qui aurait pour conséquence un état physique, physiologique, émotionnel, intellectuel à son meilleur niveau.

Les sept conditions selon Ohsawa pour être en bonne santé : 

- Pas de fatigue : ne pas se dire "c'est impossible ou c'est trop difficile".

- Avoir un bon sommeil (récupération en quatre ou six heures de sommeil).

- Avoir bon appétit : savoir apprécier avec plaisir et reconnaissance un bout de pain ou du riz (complet bien sûr).

- Avoir une bonne mémoire : pour nous rappeler de tout ceux qui nous ont aidés dans la vie.

- Etre de bonne humeur : considérer que tout et tout le monde est agréable.

- Avoir une rapidité de jugement et d'action : pouvoir agir de manière juste et précise quand c'est nécessaire.

- La justice : éprouver en permanence un sentiment de gratitude.

Les cinq erreurs fondamentales de l'alimentation moderne : 

- Nous mangeons trop.

- Nos mélanges sont trop riches, trop concentrés et pas assez dissociés.

- Nous ne mastiquons pas assez.

- Nous ne sommes pas attentifs lors des repas. Pratiquez le ici et maintenant (l-art-du-calme-interieur).

- Le dîner est trop rapproché du coucher, ce qui empêche un sommeil profond et réparateur.

En résumé :

La pratique de la macrobiotique commence par l'étude des symboles énergétiques yin et yang.

Cette méthode fait usage du choix le plus large possible des aliments dont nous disposons. Les secrets macrobiotiques pour vivre et manger sainement sont l'équilibre et la modération. L'alimentation macrobiotique est capable de nourrir énergétiquement l'organisme de manière juste et équilibrée en fonction des tempéraments, de l'âge, de l'activité, des aléas de la vie, etc. C'est pourquoi, il n'existe pas de bons ou de mauvais aliments mais des groupes d'aliments à adopter en fonction des besoins de chacun.

Notre alimentation quotidienne nourrit notre corps et détermine la qualité de notre vie. Cuisiner aiguise notre sensibilité lorsque nous combinons en un tout harmonieux, les ingrédients selon les couleurs, saveurs, formes et consistances.

Du point de vue macrobiotique, cuisiner est l'art suprême, et ceux qui s'y dédient méritent le plus grand respect et la plus grande reconnaissance (Lima Ohsawa).

 

Bien à vous...

 

https://www.unenouvelleterre.fr/

Rédigé par Myriam

Publié dans #livre

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article