Les peurs

Publié le 3 Février 2020

Je crois qu'est plus courageux celui qui vainc ses peurs que celui qui vainc ses ennemis, car la plus grande victoire est celle que l'on remporte sur nous-mêmes.

Aristote

Bonjour à tous,

La peur est souvent une réaction positive d'un danger à éviter ou à combattre. Les peurs et les phobies sont aussi des stress que vous pouvez rencontrez dans la vie. Il existe une légère nuance entre les deux : la peur est un état émotionnel occasionnel dans la perspective d'une épreuve inconfortable ou déclenché par un événement. Si la peur est répétitive ou irrationnelle, elle peut entraîner un handicap dans la vie quotidienne ou sociale, qui peut se transformer en une phobie.

C'est quoi la peur ?

C'est une emotion essentielle ayant un rôle et une fonction. Elle se déclenche comme un signal pour nous prévenir d'un danger. Cela se passe au niveau du cerveau reptilien qui est un cerveau rapide, réflexe, nécessaire à l'instinct de survie. Le cerveau limbique, quand à lui est le siège des emotions (suite) et de la mémoire émotionnelle. C'est à ce niveau que certaines peurs telles que la peur de l'échec, la peur du bonheur, d'être jugé, critiqué, humilié, ou la peur d'avoir peur entrent en jeux.

La peur paralysante :

Une chose est sûre, la peur peut être inconfortable et paralysante. Cependant, vouloir l'éliminer serait un risque insensé qui affecterait directement notre équilibre. Les personnes courageuses ne l'efface pas de leur esprit, la peur reste présente. Il suffit pour ces gens audacieux de savoir l'accepter et la gérer. C'est une émotion saine, très bénéfique pour l'être humain tant qu'il garde un certain contrôle sur elle. Cependant, les choses peuvent radicalement changer lorsqu'elle déclenche toutes une série de tourmentes chimiques et de changements physiologiques dans l'organisme. C'est ainsi qu'elle donne lieu au stress le plus paralysant, aux crises de paniques et à cette "prison" émotionnelle qui poussent à rester soumis à une série de processus.

La peur pathologique :

C'est la dimension la plus fatigante pour un individu. Celle qui représente les troubles irrationnels tels que l'anxiété généralisée, l'angoisse, les phobies, l'hypocondrie, les troubles obsessionnels compulsifs, etc. Cette peur vient du mental et de sa capacité à voir les choses, pouvant amener à la perte de contrôle et la perte de qualité de vie.

Les peurs fondamentales :

Estimez vos peurs pour mieux identifier celles qui freinent votre élan.

La peur de la mort : peur de perdre des êtres chers mais également peur de sa propre mort.

La peur de manquer : d'argent, de nourriture, de temps...

La peur de guérir : les bénéfices secondaires de la maladie sont à prendre en compte dans toutes les pathologies.

La peur du changement : représente la peur de l'inconnu. Mécanisme de défense protégeant les acquis.

Les 5-blessures de naissances : sont les peurs d'abandon, du rejet, trahison, injustice et humiliation. Elles sont à travailler au même titre que les peurs fondamentales.

Comment dépasser nos plus grandes peurs ?

A notre époque, les peurs qui accompagnent un certain nombre de personnes cohabitent dans leur mental et ne correspondent pas à des prédateurs externes mais plutôt à des ombres internes difficiles à fuir. Pourtant, y arriver est une obligation existentielle.

Plus l'objet de la peur sera clairement identifier, plus ils sera facile de mettre en place des moyens nécessaires pour la faire diminuer ou mieux : disparaître.

- Comprenez qu'il est normal d'avoir peur. Personne n'échappe à l'expérience de la peur.

- Connaissez vos peurs, comprenez qu'elles sont là. Plus vous les comprenez et plus cela vous aidera.

- Identifiez vos croyances-limitantes car les peurs sont basées sur des croyances erronées.

- Sachez reconnaître les moments où elles vous accablent et comprenez ses symptômes. Quels sont les éléments déclencheurs ?

- Essayer l'exposition graduelle en vous confrontant peu à peu à cette peur (image si peur des chiens, pensées positives : les chiens sont gentils...). Puis entrez en contact avec votre peur (présence du chien).

- Vous n'êtes pas votre peur : identifier vos craintes, nommez-les mais la désidentification reste la base. Ne vous identifiez pas à cette peur car vous n'êtes pas elle. Elle ne fait que vous traverser. Reliez là éventuellement à un événement vécu traumatisant afin de l'identifier plus facilement.

- Remettez en question le pouvoir que ces peurs ont sur vous et votre comportement.

- Cessez de l'alimentez. Utilisez votre imagination pour vous calmer, pas pour vous faire peur.

- Imaginez le résultat que vous aimeriez obtenir et remplissez-vous du sentiment de réussite.

- Encouragez-vous, parlez-vous comme une tierce personne pourrait le faire.

- Faites de vos peurs une source de fascination. Ces mêmes peurs provoquent aussi de l'excitation et/ou de la passion.

- Exploitez le pouvoir de vos peurs. La peur est souvent ressentie avant l'événement mais plus pendant. Elle améliore la précision des sens et aide à faire passer efficacement le moment présent de l'événement.

- N'oubliez pas les techniques de relaxation et de respiration pour aider à surmonter le-stress que les situations provoquent.

- Consultez un conseiller si vos peurs prennent le contrôle.

- Plutôt que de chercher les racines de vos peurs dans votre enfance ou dans vos expériences, prenez votre courage à deux mains et agissez dans la réalité, pour expérimenter un vécu inédit.

- Sortez de votre zone de confort. Relevez des défis ! Si votre plus grande peur est de parler en public, ne le prenez pas comme de la peur mais comme un défi à relever.

En résumé :

Dans le domaine de la Naturopathie et de l'accompagnement des consultants, la prise en charge émotionnelle est incontournable. C'est pourquoi les émotions et les peurs toutes confondues doivent être évaluées, identifiées et dépassées afin d'obtenir une meilleure qualité de vie.

Nous sommes tous un peu victime de la-peur d'une façon ou d'une autre, sans même nous en rendre compte car elle se manifeste sous différentes formes : perfectionnisme, addiction au travail, agitation mentale, besoin de contrôle, etc. Lorsqu'on ressent une émotion telle que la peur, on peut chercher à éviter la situation redoutée. Le but ici n'est pas de combattre la peur rencontrée mais de s'en faire une alliée. Et encore moins de l'enfouir mais bien de l'identifier, l'accepter et s'en servir comme une énergie afin d'affronter la situation tant redoutée en en faisant un défi. 

 

Bien à vous...

 

https://www.unenouvelleterre.fr/

Rédigé par Myriam

Publié dans #Infos

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article