livre

Publié le 30 Août 2020

Bonjour à tous,

Trois livres différents pour aller à la découverte des familles d'âmes et éventuellement se reconnaître dans l'une d'elle. Les livres proposés sont avant tout une invitation à oublier votre identité terrestre. Oubliez que vous êtes un homme, une femme, que vous êtes père ou mère, que vous avez des enfants, oubliez votre métier, oubliez même que vous êtes sans emploi si c'est le cas. Le but de ces livres ont pour mission de vous ouvrir à une conscience plus grande pour vous permettre d'accéder à la réelle vibration de votre véritable identité.

A la découverte des familles d'âmes : 

Ce livre pour comprendre à quelle famille vous appartenez et pourquoi vous êtes là est un outil supplémentaire car il permet de guider, d'aider les personnes à mieux communiquer, choisir un métier, comprendre le couple et la relation, comprendre ses enfants, etc.

Ce livre écrit par Bruno Sbille et Dominique de Thier est une vision particulière sur les familles d'âmes qui diffèrent légèrement du livre de Marie-lise Labonté. En effet, seulement cinq familles y sont répertoriées :

- Les bâtisseurs (ouvrir la voie, rompre avec le passé et construire le monde de demain).

- Les artisans de la paix (célébrer la vie en se mettant à son service en se donnant à une œuvre, à une cause, à une création, ou en aidant les gens).

- Les visionnaires (favoriser l'évolution par la connaissance, les communications et les innovations).

- Les passeurs (transmettre, accompagner un passage d'un état à un autre et éveiller les consciences).

- Les sages (rayonner, peu importe où ils sont et ce qu'ils font, ils sont là pour donner l'exemple).

Certaines familles (les bâtisseurs et les artisans) sont scindées en deux familles ayant chacune leurs spécificités, chacune d'elle étant associée à un chakra.

Chaque famille présente son modèle selon un principe bien défini. Ses origines, ses spécificités et les concepts utilisés qui vous permettront de mieux comprendre qui vous êtes et pourquoi vous êtes là. Le modèle des familles d'âmes a été crée par la canadienne Diane LeBlanc et présenté officiellement en 2009. Il est rempli de concepts connus et validés, tels que les-chakras, le triangle de Karpman, le processus de deuil, la loi-d-attraction, les 5-blessures de naissance, et même des références au livre "la prophétie des Andes"(encore-des-livres).

Des séminaires sur le thème "Reconnexion à sa famille d'âmes " sont organisés afin de découvrir cet outil de développement personnel. En effet, dès notre naissance, chacun d'entre nous appartient selon le modèle à l'une de ces cinq familles. L’intérêt étant de comprendre son fonctionnement et de trouver sa juste place dans ce monde.

La lecture du livre peut éventuellement suffire à identifier à quelle famille vous appartenez, d'autant que des clés vous sont donnez pour y arriver.

Les familles d'âmes :

Un chapitre est tout dabord dédié à l'incarnation afin de bien comprendre ce processus et savoir d'où l'on vient. Ce livre écrit par Marie-lise Labonté décrit plus en détail les familles d'âmes puisque l'on retrouve ici douze familles répertoriées. A chaque famille correspond une teinte vibratoire

- La famille des Maîtres qui initient le mouvement. (couleur or)

- La famille des guérisseurs, porteuse du fluide de le guérison et prodigue ka guérison sous toutes ses formes. (vert émeraude)

- La famille des guerriers guérisseurs qui aligne le fluide de le guérison, le protège le défende. (vert émeraude teinté de la couleur ambre)

- La famille des chamans qui a pour but d'aider la planète et tous ses éléments à vivre une guérison, à aligner leurs vibrations. (teinte verte mélangée d'orange)

- La famille des guérisseurs enseignants qui enseigne la guérison sous toutes ses formes. (teinte vert-bleu profond)

- La famille des guerriers dont le but est de défendre, de travailler, d'agir pour parer l'ombre et de protéger l'univers des âmes. (couleur ambre)

- La famille des alchimistes-fées qui ont pour but de spiritualiser la matière. (rose nacrée teinté de rouge feu)

- La famille de la communication dont ces messagers communiquent et transmettent l'amour sous une multitudes de formes : l'art, la chanson, les écrits, le théâtre… (teinte bleu cendré et perlé)

- La famille des enseignants qui possèdent et transmettent le fluide de la connaissance et en sont les gardiens. (bleu profond)

- La famille des passeurs qui assistent les différents passages : enfance, adolescence, passage d'un millénaire, passage de la mort, etc. (violet très pâle teinté de blanc)

- La famille des initiateurs de conscience qui initient le mouvement par leur passage et leur départ (souvent tragique) de la planète. Leur action sur terre est généralement courte. (luminosité transparente)

- La famille des piliers qui viennent enraciner les plans célestes dans la profondeur de la terre et recréer les connexions entre les différents sites sacrés de la planète. (argentée)

- La famille des mécaniciens qui sont des réparateurs et viennent s'occuper du sol terrestre, de l'air, de l'atmosphère, etc. (brun doré)

Il y a donc notre famille terrestre et notre famille céleste, au-delà de l'incarnation. Dans la famille d'âme, une position est occupée (tout comme dans la famille terrestre) et influence constamment celle de l'incarnation même si le cerveau gauche a séparé l'incarnation de la partie divine.

Vous pouvez donc non seulement vous identifier appartenant à une famille d'âme mais également reconnaître les différentes associations d'âmes qui  existent dans le côté céleste et qui peuvent se retrouver sur terre également. Les liens d'âmes tels que les âmes sœurs, les âmes jumelles, les âmes-sœurs primordiales.

Accompagnement d'âmes :

Ce livre est très différent des deux premiers cités plus haut. Il n'a pas pour but de définir ou vous orienter sur votre famille d'âme mais il est un outil incontournable pour toute personne désireuse d'accompagner psychologiquement et bien sûr spirituellement une personne sur le point de passer "au-delà" de notre vue, sur l'autre rive. C'est un livre écrit par Marie Lise Labonté qui explique parfaitement et en détail comment aider son âme, de la vie jusqu'à l'ultime transition. Comme elle l'explique dans son introduction, "l'accompagnement d'un mourant n'est pas qu'un processus psychologique, il est avant tout un geste humain, énergétique et profondément spirituel. L'acte d'accompagner est sacré. C'est une grande initiation, que nous, en tant qu'être humain pouvons percevoir avec notre part de divinité. Nous guidons alors une âme à quitter son corps physique et ses corps subtils pour épouser son corps de lumière. Une âme ne quitte pas toujours facilement sa vie sur terre. Nous sommes là pour aider au détachement, adoucir l'élévation et le dépouillement. C'est un geste d'humilité et d'amour sans aucune attente. C'est un acte gratuit, c'est un don de soi." 

Le livre présente deux grandes parties

- Les étapes de transition dans l'incarnation : l'origine (les phases de transition, l'étincelle, la préparation à l'incarnation, les corps subtils, la corde d'argent, etc.), les trois naissances (physique, psychique et spirituelle).

- L'ultime transition : la préparation pour la transition, l'accompagnement (les étapes de cet accompagnement), les étapes vers le passage et le passage lui-même.

Ce livre acheté par mon fils m'a grandement servi pour accompagner ma mère lors de son ultime transition. Comme quoi, le hasard n'existe pas.

 

Bien à vous

 

https://www.unenouvelleterre.fr/

 

Voir les commentaires

Rédigé par Myriam

Publié dans #livre, #boîte à outils

Repost0

Publié le 10 Août 2020

Bonjour à tous,

Un des premiers livres dont il faut avoir connaissance est celui des 5 blessures de l'âme de Lise Bourbeau. Elle y explique que l'on a tous 5 blessures profondément ancrées en nous, dans notre subconscient, lors de l'enfance, et qu'elles nous accompagnent depuis. Elles sont transmises par nos parents, qui ont eux-même été blessés dans leur enfance. Elles jouent un rôle majeur dans notre vie puisqu'elles conditionnent nos rapports aux autres, notre comportement, nos pensées et nos émotions.

Ces blessures ont un ordre chronologique : 

La 1re, de la conception à un an correspond à la blessure du rejet, entre 1 et 3 ans celle de l'abandon et de l'humiliation, entre 2 et 4 ans celle de la trahison et enfin entre 3 et 5 ans celle de l’injustice. A chaque blessure correspond un masque et un comportement.

Les blessures              Masques                   Réaction en fonction des blessures

- Le rejet                    - Fuyant               le fuyant croit qu'on le rejette

- L'abandon               - Dépendant        le dépendant a peur d'être abandonné.

- L'humiliation           - Masochiste        le masochiste pense qu'on a honte de lui.

- La trahison              - Contrôlant         le contrôlant voit l'autre comme irresponsable.

- L'injustice                - Rigidité             le rigide trouve injuste ce qu'on lui fait, il ne mérite pas ça.

Un exemple avec la blessure du rejet (masque fuyant) qui arrive de la conception à un an. Souvent provoqué par le parent du même sexe (s'il s'est senti rejeté par le parent du même sexe = il se rejette, s'il s'est senti rejeté par le parent du sexe opposé= il rejette les autres) qui ne permet pas à l’enfant de vivre ce qu'il veut et d'être comme il veut être. Par ex, une mère qui veut un garçon et qui finalement a une fille = sentiment de rejet avant la naissance.

Vie sociale et comportement : Le fuyant souffre de rejet. Il fuit par peur d'être rejeté, connait des problèmes d'existence dans sa vie car il a peu d'estime de lui même, se considère comme nul et sans valeur, il se sent coupé et incompris des autres et pense même que s'il n'existait pas cela ne ferait pas une grande différence. Il parle généralement peu et n’adhère pas à un groupe facilement. N’accorde aucune importance aux choses matérielles. S'habille de couleurs ternes pour ne pas être remarqué. Peut se réfugier dans l'alcool ou la drogue ou bien encore devenir anorexique etc. Sa plus grande peur : la panique.

Pourquoi identifier nos blessures?

D'après Lise Bourbeau, à chaque fois que l'on a un problème quelconque, que ce soit dans la vie personnelle ou professionnelle, dans la relation de couple, problème d'argent, confiance en soi etc. Quelque soit le problème, on peut le relier à une de ces blessures. D'en avoir conscience permet d'aller plus loin, de régler le problème plus facilement et nous aide à entamer un travail de guérison. L'ego n'est pas indifférent dans l'histoire puisqu'il est le plus grand obstacle à notre bonheur et à notre qualité de vie. C'est une création mentale qui nous éloigne de ce que l'on veut vraiment. Il suffit donc de s'en faire un allier et non combattre cette petite voix qui nous dit : c'est pas bien !

Le jeu des cinq blessures :

Ce jeu de cartes est un complément aux livres qui empêchent d'être soi-même et la guérison des 5 blessures. Il a pour objectif principal d'aider à mettre en pratique les suggestions de Lise Bourbeau pour accélérer le processus de guérison des blessures. 

Ces cartes ont été crées pour aider à devenir plus conscient des blessures et surtout à apprendre comment les guérir peu à peu. Ce n'est qu'en vivant des expériences différentes que nous pouvons savoir que des transformations sont en train de se produire.

Ce jeu comporte onze cartes pour chacune des cinq blessures. On différencient les cinq blessures par la couleur pastelle des cartes au recto et au verso est inscrit un texte assez court où il est indique : JE DÉCIDE sur chaque carte, car ces deux petits mots ont un grand pouvoir de manifestation. Chaque carte contient aussi un rappel du moyen le plus efficace pour la guérison, qui est l'acceptation. Plus vous acceptez le fait que vous n'êtes pas votre ego, mais un humain avec des limites, des peurs et des blessures, plus ces blessures ont la possibilité de guérir rapidement.

Comment utiliser le jeu ?

Le matin, mélangez 3 fois le jeu puis tirer une carte au sort. Gardez cette carte bien en vue toute la journée (dans votre sac si vous devez sortir) afin de pouvoir la relire quelques fois au cours de la journée pour mettre en application la décision du jour en fermant les yeux afin de mieux se centrer. Il est possible d'avoir du mal à mettre la décision en application mais peu importe. 

La carte choisie est toujours la bonne même si vous croyez ne pas avoir la blessure indiquée sur la carte. 

Nous souffrons tous d'au moins quatre blessures à des degrés différents, il est donc conseillé d'accepter de ne pas avoir choisi cette carte par hasard et de prendre la décision de faire ce qui y est inscrit.

Si vous ne vous reconnaissez pas du tout dans le genre de situation décrite sur la carte, assurez-vous de ne pas être dans le déni. C'est souvent le cas lorsque la blessure de rejet est activée.

Pour plus de résultats, vous pouvez noter dans un journal les résultats de la journée. Ça aidera à vérifier le progrès accompli lorsque vous choisirez à nouveau cette même carte.

Enfin, il est rappelé dans ce jeu l'importance accordée au fait de t'autoriser à ne pas être capable de faire ce qui est suggéré sur la carte. Vous acceptez véritablement d'être ce que vous ne voulez pas seulement si vous pouvez sentir de la compassion pour la partie en vous qui souffre et qui a de la difficulté. C'est le seul moyen pour qu'il y est une transformation possible et donc une guérison.

En résumé :

Nous souffrons tous d'au moins quatre blessures à des degrés différents. Une cependant, nous a marqué plus que les autres. L'objectif ultime est de nous libérer de cette emprise afin d'être nous-même. Il est important de savoir que la personne blessée se cache derrière un masque pour éviter de souffrir et qu'elle n'est pas consciente du masque qu'elle prend. Restons positif, il y a une guérison pour chaque blessure ! 

Le jeu est un outil concret pour travailler sur nos blessures au quotidien.

S'il est important de lire et notamment les livres de Lise Bourbeau au sujet de nos blessures, il est tout aussi important d'avoir des outils concrets pour passer à l'action à la suite de nos prises de conscience pour qu'il puisse y avoir une transformation.

"Le savoir ne dispense pas d'agir car la pensée est sœur de l'action."

L'utilisateur peut chaque jour tirer au sort une des cartes et mettre en pratique la suggestion.

 

Bien à vous...

 

https://www.unenouvelleterre.fr/

Voir les commentaires

Rédigé par Myriam

Publié dans #livre, #boîte à outils

Repost0

Publié le 15 Juillet 2020

Bonjour à tous,

Actuellement, peu de gens s'intéressent vraiment à leur rêves et ceux qui cherchent à les comprendre ne cherchent pas à les utiliser.

C'est le grand mérite du livre de Nicole Gratton de nous donner les moyens de nous souvenir de nos rêves, mais surtout de les utiliser, d'en faire des outils de croissance psychologique et d'évaluation spirituelle (les-7-niveaux-de-spiritualite). Tantôt subtil, délicat et discret, le rêve nous chuchote un doux message, une information utile ou un conseil pratique. Tantôt agressif, dérangeant et parfois même troublant, il nous donne un avertissement urgent, un rappel à l'ordre, ou encore une communication importante.

Ce livre se structure en trois parties distinctes : les trois premiers chapitres contiennent des informations, les cinq suivants, des principes d'action et les deux derniers, la résultante de cette démarche. La connaissance théorique couplée avec l'expérience directe nous amène vers une prise de conscience profonde du monde du rêve.

L'information :

Savoir pour mieux agir : 

des informations sur tout ce qui précède l'art de rêver tels que le cerveau, l'âme et l'égo, les différents corps-energetiques

- sur la catégorie de rêves : les rêves compensateurs, réactifs, temporels, prémonitoires, télépathiques, spirituels ou encore initiatiques

- sur les fonctions du rêve : équilibrer (rétablir l'équilibre psychique du rêveur), informer (fait resurgir les infos sur l'état de santé physique, émotionnel, mental et spirituel), avertir (avec les rêves récurrents qui préviennent des dangers), conseiller (guide dans les décisions), expérimenter (oser tout ce que vous souhaitez), apprendre (une leçon ou un exercice) ou encore pour mieux se connaître soi-même (démasquer ses peurs, ses craintes, ses faiblesses, ses forces, son potentiel, etc.).

A noter qu'un même rêve peut cumuler plusieurs fonctions.

L'action : 

Agir pour mieux vivre :

Cette deuxième partie est largement développée et consacrée à l'art de rêver. Ces rêves sont indispensables à l'équilibre psychique. Nous rêvons tous, même si la plupart du temps aucun souvenir n'est conservé. Pourtant, il est possible de contrôler notre mémoire onirique à l'aide d'exercices et d'un véritable travail d'auto-analyse qui nous apprend sur nous-même ce que nous avons toujours refusé de voir. Qu'ils soient prémonitoires, initiatiques ou autre, ils sont souvent difficiles à décrypter, mais tous cependant, ont une signification profonde.

Dans ce chapitre vous apprendrez comment travailler efficacement en sachant comment utiliser "le journal de rêves", l'outil indispensable à tout bon rêveur, tout au moins au début.

Vous apprendrez aussi à quoi correspond "le censeur", le gardien de nos nuits qui veille constamment à notre équilibre émotionnel et psychique.

Vous comprendrez pourquoi les périodes riches en rêves sont suivies de temps mort, de panne sèche et pourquoi certains disent ne jamais rêver. Tout le monde rêve, ce n'est ni un privilège, ni une aptitude et encore moins un hasard. Le monde scientifique a démontré que cette portion du sommeil ou l'on rêve est commune à tous et que, de plus, elle est essentielle à la survie. Vous verrez donc les ennemis de la mémoire du rêve (le manque d'intérêt, la peur, l'ignorance, la fatigue, les médicaments...) ainsi que les alliés (la relaxation, la visualisation, le rituel...).

Vous comprendrez ce qu'est le langage du rêve avec les symboles universels (l'eau, le feu, la mort, la maison, les personnages, les animaux...) et les symboles personnels qui sont plus nombreux et formés à partir de l'expérience individuelle.

Certains trouvent difficile, voire impossible, le chemin qui les conduit à pouvoir analyser leurs rêves. Pourtant, cet art est accessible à toute personne désireuse d'être dans une telle démarche. Vous y trouverez développé l'approche par associations, l'approche mental, l'approche intuitive, comment être à l'écoute de ses emotions-et-sentiments intérieurs, comment faire une association en reliant chaque image du rêve et ce qu'est la méthode analytique.

Vous comprendrez comment et pourquoi vous subissez indéfiniment des rêves pénibles que l'on nomment "cauchemars" dans lesquels le sentiment dominant de peur ou d'angoisse assombrit vos nuits. Et comme le dit Olivier Clerc dans son livre "Vivre ses rêves" : "Le simple fait qu'une majorité d'adultes ne connaissent aucune évolution dans leurs rêves, et continuent d'avoir des cauchemars jusqu'à leur mort, prouve le retardement de la pensée occidentale en matière d'onirisme".

La résultante : 

Comprendre pour mieux rêver :

Le travail sur les rêves apporte des changements et des prises de conscience. L'observation puis la compréhension de nos rêves éveillent des capacités endormies et nous éclairent sur notre potentiel spirituel.

Vous comprendrez ce que sont les "grand rêves" qui interviennent à des niveaux-de-conscience plus élevés. L'importance de la connaissance de soi, les aspects féminins et masculins (anima et animus de Jung (le-couple), les deux aspects polarisés de votre individualité (le-yin-et-le-yang), et le rapport très étroit avec la peur de la mort (on dit que le rêve est le petit frère de la mort). Vous comprendrez que le rêve et la mort ont un lien de parenté très proche et que ce départ durant le rêve (sortie astrale : terre-d-emeraude) est provisoire, alors qu'à la mort, il est permanent et que c'est là l'unique différence.

Enfin, s'il vous est arrivé de vous poser les questions : Pourquoi suis-je ici ? Quelle est ma mission ? Que dois-je accomplir ? Si la réponse est oui, les rêves peuvent vous aider à y répondre en vous indiquant la tâche qui vous est assignée ou les actions pour lesquelles vous êtes destinée.

Les rêves ne mentent pas 

A priori, avec un peu d'entraînement et d'intention, il est assez facile de se rappeler de ses rêves. Encore faut-il pouvoir les interpréter pour en reconnaître la catégorie puis l'information qui en découle. Le but du livre de Laurent Lachance est de démystifier la difficulté d’interpréter ses propres rêves :  "A en croire les spécialiste, le simple mortel ne peut pas prétendre à une interprétation convenable de son activité onirique." Pourtant, tout le monde rêve puisque c'est une nécessité de la vie psychique.

Effectivement, le rêve cache souvent une symbolique qu'il faut savoir déchiffrer. De plus, ils manquent de clarté à cause du refoulement de l'inconscient qui contient souvent trop de choses (qui doivent remonter à la conscience) et son fonctionnement est alors déformé et troublé. Il correspond au censeur dans le livre  de Nicole Gratton.

"Les éléments symboliques des rêves est le langage universel que parle chacune de nos âmes et que nos raisons peuvent apprendre" déclare Laurent Lachance.

Il va ensuite beaucoup plus loin dans la deuxième et troisième partie de son livre en détaillant les sept fonctions du rêve :

- compensatoire, destinée à compenser certains déséquilibres de l'activité diurne

- informative, qui renseigne sur notre état extérieur et intérieur

- prémonitoire, qui prédit des événements à venir

- télépathique, qui nous met en relation avec les autres

- télékinésique, qui nous fait voyager

- initiatique, qui nous introduit au monde de l'après-vie

- énergétique, destinée à nous mettre en contact avec les forces universelles.

Même si ces fonctions sont semblables à celles citées par Nicole Gratton, il développe également d'autres clés d'analyses du monde onirique avec les "mots oniriques" et la réduction phonétique. Il évoque aussi ce qu'il nomme les "signes de jour", qui sont reliés aux "signes de nuit". C'est à dire aux langages symboliques des rêves dont on a pas suffisamment tenu compte. Les deux seraient donc complémentaires : en cas de négligence du rêve, des signes diurnes interviendraient et le signe de nuit devient un signe de jour. "Quand nous ne comprenons pas ce langage symbolique ou quand nous ne voulons pas l'accepter, alors le rêve se matérialise" écrit Ania Teillard.

L'attrape-rêve contre les cauchemars : 

Jadis, on était à l'écoute de ses rêves et on les vénéraient. Ils étaient utilisés pour diagnostiquer des maladies, saisir le futur, mais aussi pour pénétrer l'âme. Cette pratique a disparu avec la connaissance plus approfondie des lois physiques. Elles est même devenue synonyme de superstitions. L'église chrétienne a rendu le rêve démoniaque et redoutable et jusqu'au siècle dernier, on risquait une amende si on cherchait à le comprendre.

L'origine de l'attrape-rêve remonte à une époque lointaine, où la tribu Ojibwé était tourmenté par des cauchemars. Ne trouvant aucun remède à ce problème, un ancien, durant un conseil ou toute la tribu était convié, eu la vision d'une toile d'araignée dans un cercle, décorée d'une perle et d'une plume, qui détiendrait les cauchemars et laisserait passer les autres rêves. La tribu se mettant au travail pour concrétiser cette vision : les mauvais rêves ont alors disparus.

Ils ont alors crée cet objet artisanal composé d'un anneau en saule, d'un réseau de fils en forme de filet représentant la toile d'araignée et d'un trou au milieu. Le tout orné de décorations (plume et perle). Chaque détail a une symbolique : l'anneau représente la vie, la perle dans la toile représente l'araignée, les plumes représentent l'air. Une plume d'aigle représente le courage, celle de la chouette représente la sagesse. Même le nombre de points de la toile a une signification précise : 7 représentent les enseignements des sept anciens, 8 est le nombre de pattes de l'araignée, 13 sont les 13 phases de la lune...

Disposé à la tête du lit, au dessus du rêveur, il sert donc à retenir les mauvais rêves et permet aux bons rêves de passer par le trou central et glisser le long des plumes jusqu'au rêveur. Ne pas confondre "mauvais rêves" et "cauchemars" : certains cauchemars contiennent des messages importants et ne seront pas piégés par l'attrape-rêve. Le mauvais rêve - selon la légende - est une distraction perturbante ne contenant aucun message important ou utile et que l'attrape-rêve élimine (détruits par les rayons du soleil du matin) pour ne permettre qu'aux rêves importants d'atteindre le rêveur.

En résumé : 

De l'ordre matériel à l'ordre spirituel, en passant par l'émotif et le mental, le rêve s'avère un instrument adapté à nos besoins spécifiques. Il reflète les conditions intérieures du moment et nous rappelle les causes passées qui affectent notre vie actuelle. Il permet d'entrevoir les effets que nous sommes susceptibles de récolter dans un avenir plus ou moins lointain. De par sa nature compensatrice, réactive, prémonitoire, télépathique, initiatique, il nous ouvre à un autre monde de réalités. 

Fiction ou réalité, imagination ou vérité, le rêve est le miroir de notre être, il exprime notre essence même. Comment différencier le fantasme de la prémonition ? Seules l'expérience et l'écoute intuitive nous aideront à en décoder les indices subtils.

Devenez un rêveur actif et prenez votre vie en main pour la modeler à la hauteur de vos aspirations.

Le rêve nous seconde dans notre cheminement (le-chemin-de-vie) et notre épanouissement : il est notre allié le plus fidèle.

 

Bien à vous...

 

https://www.unenouvelleterre.fr/

Voir les commentaires

Rédigé par Myriam

Publié dans #livre, #boîte à outils

Repost0

Publié le 7 Janvier 2020

Bonjour à tous,

Les expériences à l'état de rêve se fractionnent en diverses catégories. Même s'il est impossible de tous les classifier, surtout lorsque l'on aborde le domaine du vécu personnel, on peut toutefois identifier les principales divisions des mondes intérieurs, là où le rêveur expérimente.

Les huit catégories de rêves - citées dans le livre "l-art-de-rever" - sont associées au différents plans ou corps-energetiques.

Les rêves réactifs : associé au plan physique, ils caractérisent les rêves réagissant aux conditions extérieures en rapport avec le corps physique. Ils ne demandent aucune analyse profonde, sinon l'identification de la cause qui perturbe le dormeur. Par exemple vous rêvez que vous marchez dans le désert et que vous cherchez une source pour vous désaltérer ; au réveil, vous avez une soif terrible, cela ne signifie pas que votre vie soit un désert mais juste que le corps signale qu'un peu d'eau le soulagerait. Le cerveau endormi garde un contact partiel avec l'environnement par le canal des sens. Ainsi, le rêve incorpore des éléments sensoriels à la scène qui se joue dans la conscience du rêveur.

Les rêves compensateurs : associé au plan astral, ils caractérisent les rêves maintenant l'équilibre émotionnel et psychique en rapport avec les sentiments. L'emotion joue un rôle clé et le rêveur prend conscience de ses sentiments par des scénarios appropriés ou il apprend à maîtriser ses émotions grâce à des mises en scènes pertinentes. Du rêve agréable au cauchemar, chaque séquence devient une occasion d'expérimenter sa capacité de contrôle. Grâce à cette soupape, les expériences émotionnelles refoulées durant le jour trouvent une échappatoire durant la nuit. Cette fonction vitale favorise une bonne santé mentale. Dans cette catégorie, on retrouve les rêves de combat pour libérer l'agressivité refoulée, les rêves de séduction pour attirer la source de notre plaisir, le rêve de destruction pour supprimer la cause d'un déplaisir ou d'une source d'ennuis. Ainsi que les rêves d'affirmation de soi pour contrer une gêne paralysante, les actions héroïques pour lutter contre une passivité malsaine et les rêves à caractères sexuels qui libèrent les tensions instinctuelles. Et tous ces rêves un peu fous qui constituent un brin de folie nocturne qui permettent de nous évader de la logique empoisonnante, de la normalité astreignante et de la routine ennuyante qui contrebalancent nos bonnes manières diurnes.

Les rêves temporels : associé au plan causal, ils caractérisent les rêves en provenance de la trame temporelle en rapport avec le passé, le présent et le futur. Le rêve temporel transporte dans le temps et vous emmène à une époque évoquant la source ou la cause d'un problème actuel à régler. Il fait référence au principe de cause à effet. Pour Jung c'est l'inconscient collectif, le Bouddhisme mentionne les annales akashiques qui contiennent la mémoire indestructible de toute forme de vie dans tous les univers. Vous avez donc accès à la trame du temps, ce qui permet entre autre, de revivre des scènes d'enfance qui sont les causes expliquant les effets présents. Ou dans le futur qui laisse entrevoir une possibilité d'événements pouvant se produire. Les rêves du présent sont plus fréquents et permettent une vue d'ensemble sur votre vie en prenant une position de recul et d'objectivité. Genre de bilan provisoire que l'on peut faire chaque nuit et qui reste un outil précieux pour se réajuster s'il le faut.

Les rêves prémonitoires : associé au plan causal, ils caractérisent les rêves appartenant au futur en rapport avec des événements qu'on ne peut changer et qui appartiennent au destin. Pour différencier les rêves prémonitoires des rêves prophétiques, il faut faire appel à l'intuition, cette petite voix intérieure qui ne se trompe jamais, qui est le chuchotement de l'âme qui divulgue des certitudes qu'on ne peut réfuter. Même si certains préférerait ignorer cette capacité, ils sont privilégiés en ayant la possibilité d'être préparés à faire face à des circonstances parfois éprouvantes.

Les rêves télépathiques : associé au plan mental, ils caractérisent les rêves de communication avec soi ou avec les autres en rapport avec les pensées et l'intellect. Il permet de régler un conflit avec un tiers, rétablir une communication, comprendre le point de vue d'une autre personne. Le phénomène de télépathie est un échange de pensées d'un sujet à un autre sans que la communication ne s'établisse par les voies sensorielles connues. Elle peut avoir lieu avec des personnes que l'on connait, avec des entités décédées ou des êtres qui nous sont familiers mais seulement dans le monde du rêve. Dans les rêves on peut communiquer avec soi-même : cet échange franc et intime du grand Soi avec le petit moi qui permet d'élaborer notre propre philosophie de la vie et d'établir des objectifs individuels. Cette communication télépathique est également facilitée avec les autres (par l'esprit conscient qui dort) car nous sommes beaucoup plus réceptifs à l'état de rêve que dans notre vie éveillée. Ce rêve permet d'harmoniser les relations avec l'entourage, la famille, les collègues de travail, et peut aussi se produire avec un animal domestique à qui nous sommes très attachés. 

Les rêves spirituels : associé au plan spirituel, ils caractérisent les rêves concernant notre évolution spirituelle en rapport avec l'âme et se rapportent au développement intérieur. L'âme, la partie qui est en consciente évolution, possède différentes enveloppes dont le corps astral, causal et mental qui lui servent à expérimenter dans les mondes de matière, d'espace et de temps. Ces voyages intérieurs dévoilent l'ampleur des émotions grâce au monde de l'astral, siège des émotions et de l'imagination. Ils engendrent une plus grande autonomie à cause des prises de conscience qui en résultent. Une autre facette importante du rêve spirituel associé au plan astral est l'apprentissage du détachement, l'aptitude à laisser aller afin de progresser vers du nouveau. On retrouve les rêves d'envol et les rêves lucides permettant d'identifier le niveau de conscience astrale dans les rêves spirituels.

Le rêves (d'envols) dans lesquels vous volez, planez comme un oiseau, échappez à l'attraction terrestre, sautez et demeurez dans les airs symbolisent la liberté intérieure à laquelle vous avez accès. Ils sont parfois appelés projection astrale (terre-d-emeraude).

Le rêve lucide est celui dans lequel vous avez conscience de rêver et avez la possibilité d'y exercer votre volonté. Vous pouvez ainsi modifier le scénario qui se déroule devant votre conscience. Les images déplaisantes peuvent se changer en scènes agréables, la menace devenir inoffensive et une fin tragique se transformer en déroulement heureux. Le rêve lucide devient un outil de maîtrise de soi et permet de résoudre d'une façon créative les problèmes quotidiens.

Stephen Laberge a écrit dans son livre "Le rêve lucide" : "La flexibilité et la confiance en soi, que la lucidité entraîne dans son sillage, constituent une source considérable d'accroissement de la capacité du rêveur à maîtriser les situations qui se présentent en rêve".

Les rêves spirituels du plan causal se déroulent sur la trame du temps ou il est possible d'entrevoir une portion de vie antérieure qui amène un éclairage nouveau des conditions du vécu présent.

Quand aux rêves spirituels appartenant au plan mental, ils donnent un accès à un réservoir plus grand de connaissances. La pensée se libère des croyances-limitantes et les questions ont leur réponses, et les solutions apparaissent aisément. Dans cette dimension, vous pouvez rencontrer des guides de lumière qui communiquent par télépathie pour vous enseigner des connaissances nouvelles.

On nourrit tous les jours le corps physique avec des aliments, le corps émotionnel avec des sentiments et le corps mental avec des lectures, des films et des conversations. Mais qu'avons-nous à offrir au corps spirituel ? Le rêve est un outil pour lui permettre d'accéder à cette nourriture divine.

Les rêves initiatiques sont associés au plan spirituel puisqu'ils font partis de rêves qui provoquent des changements intérieurs importants. C'est lorsqu'au réveil, vous réalisez qu'une transformation intérieure a eu lieu car vous réagissez différemment aux situations quotidiennes. Les symboles qui reviennent souvent sont le feu, les astres, la présence d'êtres lumineux , des rituels à accomplir... C'est dans les rêves d'initiation que le rêveur à l'impression de passer des tests ou d'être mis à l'épreuve. La personne sent qu'elle a accès à un autre niveau de conscience.

Certains rêves bénéficient de la présence d'un ou plusieurs guides, connus ou inconnus qui vous montrent le chemin et vous dirigent dans la bonne direction. Parfois, ils vous escortent dans des lieux comme des châteaux, des temples, des cathédrales, des écoles, ou des universités. Le rôle du guide se résume à guider, protéger et aider. 

En résumé : 

Le rêve nous initie aux étapes de la vie, aux divers stades de notre évolution intérieure, à des connaissances essentielles, à l'après et à l'à-côté de la vie terrestre, comme le spécifie Laurent Lachance dans son livre "Les rêves ne mentent pas" où il décrit les sept fonctions du rêve : compensatoire, informatif, prémonitoire, télépathique, télékinésique (qui nous fait voyager), initiatique (qui nous introduit au monde de l'après vie) et énergétique (destinée à nous mettre en contact avec les forces universelles).

Un même rêve peut contenir des éléments appartenant à plusieurs catégories de rêves à la fois. Le voyage intérieur s'effectue alors dans plus d'une dimension et a des composantes à la fois télépathiques, prophétiques et spirituelles.

Enfin, tout le monde rêve, c'est scientifiquement prouvé et c'est une nécessité psychique. Alors pourquoi tout le monde ne se souvient-il pas d'avoir rêvé ? Par peur de tout ce qui est irrationnel et inconscient. Pourtant il faut bien pactiser avec notre inconscient qui constitue une part importante de notre vie et de notre comportement. Tout ce qui est mystérieux, magique, prémonitoire et impalpable nous est présenté comme un danger pour notre raison comme le souligne Laurent Lachance dans son livre.

 A chaque envolée dans les mondes oniriques, vous acquérez une expérience nouvelle et des informations supplémentaires.

 

Bien à vous...

 

https://www.unenouvelleterre.fr/

Voir les commentaires

Rédigé par Myriam

Publié dans #livre

Repost0

Publié le 10 Octobre 2019

Bonjour à tous,

Nous allons revenir à cette notion de Ciels Antérieur et Postérieur (la-philosophie-taoiste) et l'élargir en la ramenant au niveau de l'individu incarné, manifesté dans notre monde. Nous pouvons calquer d'une façon totale, la représentation du macrocosme Universel sur le microcosme de l'Individu et faire apparaître les notions de Conscient et de non-conscient.

Nous pouvons constater - toujours selon Michel Odoul - qu'en reprenant exactement la construction Ciel Antérieur/Ciel Postérieur, le Ciel Antérieur devient alors le non-conscient (le silence intérieur) et le Ciel Postérieur devient de conscient (le phénoménal, le son extérieur).

Le non-conscient : 

Nous savons maintenant que le Ciel Antérieur représente le niveau ou se prépare l'existence sur tous les plans (règles, structures, choix, etc.). Lorsque nous transposons et que le Ciel Antérieur devient le non-conscient, celui-ci représente le pré-manifesté (la-philosophie-taoiste). C'est dans ce non-conscient que s'élabore les actions qui vont nous permettre de concrétiser les choix de réalisation du chemin-de-vie (notre légende personnelle). Ce niveau porte en lui la mémoire et la connaissance des choix que nous avons faits dans le Ciel Antérieur et c'est ce même niveau qui connaît la totalité de nos Annales Akashiques. Le non-conscient dispose de toutes ses informations, il sait par conséquent, quels sont nos choix et nos besoins d'expérimentation et est ainsi à même de déterminer les meilleurs processus pour que nous "réussissions".

Pour schématiser, nous pouvons comparer notre existence à un théâtre où le Ciel Antérieur serait l'auteur de la pièce et le non-conscient le metteur en scène.

Le conscient : 

Dans le monde du conscient, les choses apparaissent petit à petit en se manifestant d'une façon de plus en plus tangible. Cela se passe d'abord au niveau des énergies du corps, puis des émotions (conscientes) et enfin de la psychologie (consciente) de l'individu. Le processus continu et se manifeste ensuite dans les méridiens, puis les organes et enfin les membres.

La bascule entre le Non-conscient et le Conscient se fait par l'éveil de la conscience qui s'effectue par le passage à l'action, au "faire", qui représente le dernier stade de densification des énergies. A travers le résultat produit par cette action, nous allons pouvoir constater où nous en sommes et avoir ce qui s'appelle "une prise de conscience" (les-7-niveaux-de-conscience). Si le résultat cadre avec le but recherché et que le processus a été globalement cohérent et que toutes les phases intermédiaires de la réalisation ont été respectées, c'est "bon". "Bon", car certaines expériences désagréables sont en fait de "bonnes" expériences. Bien entendu, tout n'est pas totalement conscient, c'est pour cette raison que l'on expérimente parfois la douleur ou l'erreur pour comprendre à quel niveau les choses ne vont pas. 

Notre refus ou une recherche excessive de protection peut nous empêcher de vivre certaines expériences car cela nous oblige à réfléchir à ce qui se passe et sans doute à provoquer les changements nécessaires, et par conséquent "grandir". Dans le cas contraire, nous rentrons dans une reproduction de schémas, jusqu'à ce que nous puissions ou décidons "d'entendre". Il est évident qu'à chaque fois, l'expérience sera plus forte. Les cris - du conscient, du non-conscient, de notre Maître ou guide intérieur (le-chemin-de-vie) - qui nous sont adressés correspondent à nos tensions et nos souffrances physiques et psychologiques, morales ou émotionnelles. D'autres messages ont été envoyés au préalable, mais que nous n'avons pas voulu recevoir ou percevoir.

S'il est vrai que ces tensions, ces souffrances ou ces maladies sont parfois nécessaires pour que nous "comprenions", pour grandir, elles ne sont jamais obligatoires, ou inéluctables. Il ne s'agit pas, ici non plus, d'une punition (le-chenn-et-le-karma) mais d'une "leçon", comme l'enfant qui se brûle parce qu'il a besoin d'expérimenter le feu.

En résumé : 

Toute la trame de notre histoire est écrite dans notre Chenn Prénatal, dans notre conscience globale. Sa mise en scène est réalisée par notre non-conscient (notre Maître ou guide intérieur). Notre conscient (le Cocher) et notre corps physique (la Calèche) sont ses acteurs visibles et privilégiés (le-chemin-de-vie). Ils doivent respecter la mise en scène et leur rôle, mais ont cependant une certaine liberté une possibilité d'improvisation qui sont conditionnées par la trame de fond (chemin, légende). Lorsque tout se passe normalement, à la fin du spectacle (mort), nous avons la satisfaction d'avoir respecté cette trame et joué avec succès le rôle (le-chemin-de-vie). Lorsque en revanche, nous ne suivons plus la mise en scène, c'est alors que les tensions, les souffrances, maladies, accidents et autres actes manqués apparaissent.

Il semble que la grande finalité de l'existence soit d'aboutir à la cohésion, à la cohérence entre le non-conscient et le conscient, entre le Maître (le guide intérieur) et le cocher. C'est là, le véritable secret de l'harmonie profonde qui nous montre combien tout ceci n'est pas l'apanage d'une culture ou d'une éducation mais le résultat d'un travail individuel clair et sans concession.

Il est très important de redonner leur vrai sens à la souffrance et à la maladie et de pouvoir les replacer dans leur axe. Elles ne sont pas des fatalités, elles ne deviennent nécessaires que parce que, parfois, nous ne pouvons pas "comprendre" autrement.

 

Bien à vous...

 

https://www.unenouvelleterre.fr

Voir les commentaires

Rédigé par Myriam

Publié dans #livre

Repost0

Publié le 7 Octobre 2019

Bonjour à tous,

Le dernier article la-philosophie-taoiste sur le Ciel Antérieur et le Ciel Postérieur permet de comprendre le Chenn (âme) avant son incarnation et après celle-ci dans le développement des maladies via les maux physiques du corps humain.

Mais quel est le but du Chenn ?

Le but de chaque Chenn individuel est de réaliser sa Légende personnelle (le-chemin-de-vie) et pour cela, il doit vivre toutes les polarités existentielles afin de les transcender et de devenir un être "réalisé". Nous avons tous des "travaux d'Hercule" à accomplir. Les limites matérielles du monde manifesté (temps, espace, matière) ne permettent pas un vécu simultané de toutes les potentialités, il va devoir s'y reprendre un certain nombre de fois pour épuiser la palette disponible. Cette réalisation passe par le vécu. Le Chenn va donc devoir s'incarner et apprendre dans une école particulière qui est celle de la vie.

Mais comme à l'école, certaines classes ou certaines leçons peuvent être parfois très difficiles à comprendre, à accepter et à intégrer. Le Chenn doit alors redoubler et devoir se réincarner pour reprendre la leçon là où elle a été abandonnée. C'est le principe même de la réincarnation. Nous sommes en présence du concept karmique de la vie. Michel Odoul rappelle l'argument de base du karma qui est parfois proposée d'une manière peu satisfaisante.

La base du karma :

Il s'agit d'une conceptualisation évolutive de la vie et non d'une philosophie punitive comme certains nous le font croire. Nous ne venons pas expier, payer ou subir la punition de comportements passés. Selon Michel Odoul "Tout ceci est manichéen et ne correspond en rien au niveau énergétique des choses où les notions de bien et de mal n'existent pas. Tout cela ne peut d'ailleurs avoir de sens "historique" dans l'enchaînement des karmas, puisque les notions de valeur changent avec les époques, les traditions et les cultures".

Le principe karmique est beaucoup plus simple et repose sur la nécessité d'expérimentation et d'intégration de toutes les potentialités de la vie. L'école de la vie se déroule comme dans toutes les écoles, avec des classes, des récréations, des leçons à apprendre et à comprendre jusqu'à ce que nous les ayons intégrées, et aussi bien entendu, des "factures" à nos comportements non appropriés, dans le cas d'une mauvaise conduite, lorsque nous ne respectons pas les règles du jeu.

C'est à ce niveau que l'amalgame et la confusion avec le punitif peuvent exister. Mais, facture ne veut pas dire punition. Facture signifie qu'à chaque cause est associé un effet, qu'à chaque comportement existe un résultat, et que si ce comportement n'est pas en accord avec les règles de fonctionnement des choses, il produit un résultat peu satisfaisant ou peu agréable.

Citons deux exemples :

Si nous sommes à proximité d'une plaque chauffante et que nous avons froid aux mains, nous allons nous réchauffer sur cette plaque. Mais nous savons aussi que cette plaque chauffante peut brûler et que nous devons respecter une certaine distance. Cependant, si, par exemple, nous sommes pressés et que pour nous chauffer les mains plus vite, nous nous approchons trop de la plaque, la facture de cette attitude sera une brûlure. Elle n'est en aucun cas une punition, mais le résultat d'un comportement inadapté, ne respectant pas les critères de la situation. Le processus est exactement similaire au niveau psychologique. 

Il n'y a pas dans tout cela de punition, de sanction établie, décidée et appliquée par quelqu'un ou quelque chose d'extérieur ou de transcendant, mais tout simplement le résultat logique d'un processus comportemental donné. Dans ce cas, il n'était pas en accord avec les lois du contexte, il a donc produit une facture négative, la souffrance, la brûlure.

Si nous avons envie de sucré, nous savons qu'une pâtisserie va nous donner ce sure. Si on la mange, notre besoin en sucre est satisfait. Le comportement d'achat reste en accord et produit une facture positive qui est la satisfaction de l'envie. Mais si le comportement d'achat devient excessif (boulimie), il perd son accord avec les lois naturelles et devient alors porteur d'une facture négative qui est la prise de poids.

En résumé : 

Le Chenn décide de vivre, de réaliser sa légende personnelle (son chemin-de-vie) et d'apprendre ainsi une leçon de cette vie. Pour que cette leçon puisse être apprise, il faut qu'elle ait les moyens de cette réalisation. Son choix va se faire en fonction du but déterminé, du travail à exécuter, mais aussi en fonction des expériences déjà vécues et intégrées, qui n'auront pas besoin d'être répétées. Toutes ces données "antérieures" sont inscrites dans ce qu'on appelle les Annales Akkhashiques, propres à chacun et que les taoïstes qualifient de vieilles mémoires ou de mémoires antérieures. Afin d'avoir les moyens de vivre ces nouvelles potentialités, le Chenn va choisir des structures et des limites qui vont lui permettre de vivre ses choix dans les meilleures conditions, les plus favorables mais aussi les plus efficaces.

Cette notion d'efficacité est redoutable car elle est loin de signifier confortable ou agréable. Nous touchons là à un point crucial de la notion de chemin de vie. En effet, comme nous l'avons vu, tous les chemins peuvent présenter des ornières et des tournants (le-chemin-de-vie), de la même manière que toutes les légendes se réalisent à travers des épreuves.

Le choix des conditions de réalisations va alors mettre en place les conditions physiques et environnementales : époque, famille, pays, région, sexe, race, etc., qui deviennent alors le cadre structurel de l'incarnation et donnent les limites matérielles à la réalisation de l'être sous la forme duquel et dans lequel le Chenn a choisi de s'incarner.

 

Bien à vous...

 

https://www.unenouvelleterre.fr/

Voir les commentaires

Rédigé par Myriam

Publié dans #livre

Repost0

Publié le 4 Octobre 2019

Bonjour à tous,

Si nous restons au stade où l'on serait composé de pièces interchangeables en fonction des progrès de la science, les relations qui vont suivre vont sembler tenir de la magie, ou de l'imaginaire. Le problème est de savoir comment relier les manifestations physiques, les maladies ou les accidents à ce qui se passe et ce qui se joue en nous. La seule observation mécanique ne peut pas le faire car son champs d'observation est trop restreint, que ce soit dans le temps ou dans l'espace ce qui l'empêche d'aller à la vraie cause qui ne peut alors se justifier que par le hasard (accident) ou par des éléments extérieurs (virus, microbes, environnement, nourriture, etc.).

En élargissant le regard et en observant l'homme dans sa globalité, nous pouvons relier les choses et peut-être comprendre la raison d'être de l'homme et par conséquent les raisons de son mal-être.

La philosophie Taoïste : 

Selon la codification Orientale, la vie est issue du Chaos qui s'est lui-même ordonné sous l'action d'une force structurante : le Tao. Celui-ci se manifeste par le Yin (la Terre) et le Yang (le Ciel). Placé entre ces deux pôles, l'homme est la rencontre de ces deux expressions énergétiques.

Venant du Chaos, l'humain n'est qu'une vibration énergétique sans forme apparente, que les Taoïstes appellent le Chenn Prénatal (que nous qualifions d'âme selon nos croyances). Pour pouvoir exister, le-chenn va choisir de s'appuyer sur les vibrations Yin d'une femme (la mère) et les vibrations Yang d'un homme (le père). Ce savant mélange des trois énergies (Chenn + Yin + Yang) va lui permettre de s'incarner et d'exister dans un corps physique.

Le Ciel Antérieur et le Ciel postérieur : 

La philosophie taoïste considère qu'il existe deux plans dans la vie d'un homme. Le premier est celui qui précède sa naissance (le pré-manifesté) et le second celui qui se situe juste après (le manifesté). La naissance marque le passage entre ces deux Ciels.

Le Ciel antérieur représente tout ce qui est ou se passe avant la naissance tandis que le Ciel postérieur symbolise tout ce qui est ou se passe après la naissance, jusqu'à la mort.

Le Ciel Antérieur représente toute la phase existentielle d'un individu. C'est là que le Chenn Prénatal (âme) existe et se structure. Ce Ciel correspond au monde de l'infini car il n'a pas de limites, ni dans le temps, ni dans l'espace. Il porte en lui toutes les potentialités de la vie. Comme le précise Michel Odoul, le Chenn Prénatal individuel appartient au Ciel Antérieur comme la goutte d'eau à l'Océan. Celle-là garde sa "conscience" individuelle de goutte d'eau tout en ayant toujours son appartenance au global, présente dans sa mémoire. Cette "conscience" porte en elle toutes les données, la mémoire et nous la retrouvons cette "conscience" au niveau le plus fin de l'être humain. Elle permet de comprendre comment peut s'ordonner la croissance cellulaire depuis l’œuf jusqu'à l'homme ou l'animal ainsi que le processus permanent du renouvellement cellulaire.

Le Chenn Prénatal s'aimante sur un support qui est l’œuf fécondé et qui correspond à sa recherche et à sa fréquence vibratoire. Il s'additionne aux énergies des parents qui viennent de féconder cet œuf éternellement magique et qui va devenir un être humain. Ces énergies s'additionnent elles-mêmes aux énergies environnementales (planètes, lieu, époque) pour donner le Chenn Individuel. Celui-ci, encore non-actif, va continuer à s'enrichir en engrangeant des informations jusqu'au moment de la naissance, de la coupure du cordon où il devient réellement actif. C'est pour cette raison que les thèmes d'astrologie sont calculés à partir de la date de naissance et non à la date de conception.

Le Ciel Postérieur représente tout ce qui se passe à partir de la naissance lorsque le cordon ombilical est coupé. Comment les choses se passent-elles à ce niveau ? C'est le niveau du monde fini. Les limites des choses sont celles du monde matérialisé et tangible. L'être s'est incarné et vit son existence à travers un corps physique et des contraintes matérielles. La survie de ce corps implique un certain nombres de règles et d'obligations qui sont à la fois universelles (manger, boire, dormir, etc.) et locales (lieu, culture, climat, etc.). Ces limites imposent à l'individu un cadre de fonctionnement bien précis, qui est le plus adapté à la réalisation de son choix d'incarnation. Sa réalité physique, son corps, subit les contraintes de ce cadre alors que ses réalités psychologique et émotionnelle sont un peu plus libres par rapport à lui.

L’intérêt de connaitre ces limites matérielles peuvent être un remarquable moyen de décodage et de compréhension de la partie que nous jouons et de ce qui se passe en nous. Cela est vrai pour notre corps, notre mental, nos émotions, notre environnement et "tout ce qui nous arrive". Nous avons là, en fait, un extraordinaire outil de connaissance, encore faut-il essayer de le déchiffrer.

Le déchiffrage des latéralités : 

Il y a dans le Ciel Antérieur comme dans le Postérieur une droite et une gauche qui cependant sont inversée suivant le Ciel où nous nous trouvons. C'est là un élément important de déchiffrage des latéralités. Cette inversion nous permet de comprendre pourquoi la psychologie et la morphopsychologie placent le rapport à la mère dans le côté gauche et rapport au père dans le côté droit alors que la M.T.C (médecine traditionnelle chinoise) et la philosophie taoïste font l'inverse.

Cela s'explique par le fait que l'Occident s'est plus préoccupé du l'esprit de l'âme, donc "non-manifesté" (des éléments qui viennent du Ciel Antérieur), que du corps et de la réalité physique et matérielle, considérés comme "inférieurs" et qui appartiennent au Ciel Postérieur. L'Orient, de son côté, s'est plus préoccupé du vécu actuel et du réel, du "manifesté", du Ciel Postérieur. Le corps physique et la réalité matérielle sont très importants pour les Orientaux, puisque c'est à travers eux que le Chenn s'exprime.

L'Occident base donc son approche sur des éléments appartenant au Ciel Antérieur, alors que L'Orient base la sienne principalement sur le Ciel postérieur, du moins pour les latéralisations physiques.

Le côté droit du corps est donc, pour les Orientaux, en rapport avec le Yin, symbolique maternelle et le côté gauche est en rapport avec le Yang, symbolique paternelle. Cette précision est importante car les latéralisations physiques des symptômes et des traumatismes vont être pour nous des éléments particulièrement parlants et révélateurs de ce qui se passe au fond de nous.

Or, étant donné que ces manifestations appartiennent au manifesté, au Ciel Postérieur, elles sont codifiées par la latéralisation proposée par les Orientaux (droite : symbolique maternelle). En revanche, tout ce qui se passe dans la psychologie, l'imaginaire, le rêve ou qui a été conçu en forme avant la naissance (morphologie) appartient au Ciel Antérieur et correspond de ce fait à la latéralisation principalement utilisée par les Occidentaux.

Afin de mieux comprendre, prenons l'exemple d'un enfant qui naît avec l'oreille droite plus grande que la gauche. S'étant formée avant la naissance (dans le Ciel Antérieur, le non-manifesté), cet enfant aura une relation d'écoute privilégiée avec son père (à ce niveau, la droite étant la symbolique paternelle). Si en revanche, cet enfant déclare une otite à l'oreille droite (à ce niveau, en relation avec la symbolique maternelle, dans le Ciel postérieur, le manifesté) c'est l'enfant lui-même qui a déclenché une manifestation symptomatique dans son corps physique. Cette otite signifiera qu'il ne veut pas entendre et que ce qui vient de sa mère ne le satisfait pas. Peut-être est-elle dans des recommandations de prudences extrême envers son enfant.

Dans le cas d'une personne qui rêve qu'elle se tord la cheville gauche, bien que cet incident ait lieu après la naissance, nous sommes dans ce cas précis, dans le non- manifesté, le virtuel, car cela se passe dans le monde onirique (rêve). Cette entorse sera à mettre en relation avec la symbolique maternelle. Si cette personne se tord réellement la cheville gauche, nous sommes dans le manifesté et cette entorse prend une symbolique paternelle et peut exprimer par exemple un problème de position, d'attitude relationnelle avec un homme.

En résumé : 

Il semble difficile - selon Michel Odoul - de comprendre les relations entre le corps et l'esprit, et par conséquent, la signification des maux du corps par rapport aux bleus de l'âme, si nous n'élargissons pas le regard que nous portons sur l'humain et sur la vie.

Il est intéressant de savoir comment le processus d'incarnation (l-accompagnement-d-ames) et l'existence dans un corps physique se déroulent en s'appuyant sur les notions de Ciel Antérieur et de Ciel Postérieur, en suivant une sorte de fil conducteur qui est ce que la tradition appelle " le-chemin-de-vie" et que Paulo Coelho nomme dans son livre L'Alchimiste : la "légende personnelle".

Il faut redonner à l'être humain sa dimension véritable, qui est avant tout spirituelle.

 

Bien à vous...

 

https://www.unenouvelleterre.fr/

Voir les commentaires

Rédigé par Myriam

Publié dans #livre

Repost0

Publié le 28 Septembre 2019

Bonjour à tous,

Outre le chemin de vie en numerologie qui nous renseigne sur notre destinée, notre volonté à nous réaliser, les épreuves rencontrées et les moyens à notre disposition pour les surmonter, le Chemin de Vie d'après Michel Odoul est aussi une sorte de fil conducteur que tout être humain suit au cours de son existence que nous pouvons comparer au scénario d'un film ou au "livre de route".

Nous avançons sur ce chemin en utilisant un véhicule particulier qui est notre corps physique. Les Orientaux proposent une image fort intéressante pour ce véhicule et ce Chemin de Vie. Nous sommes, selon eux, comme une calèche qui représente notre corps physique et qui circule sur un chemin qui symbolise la vie ou plutôt le Chemin de Vie.

La calèche circule sur un chemin de terre qui comporte des trous, bosses, cailloux, nid-de-poule, ornières et des fossés de chaque côtés. Les trous, les bosses et les cailloux  représentent les difficultés et les heurts de la vie. Les ornières sont les schémas déjà existants que nous reprenons des autres et que nous reproduisons. Les fossés, quand à eux, représentent les règles, les limites à ne pas franchir sous peine d'accident. Ce chemin comporte aussi des virages qui empêchent la visibilité et traverse parfois des zones de brumes et d'orages ce qui représente toutes ces phases où nous avons de la difficulté à voir clair ou à pouvoir anticiper les choses.

Cette calèche est tirée par deux chevaux, un blanc (yang) qui est à gauche et un noir (yin) qui est à droite et qui symbolisent les émotions. Ce qui montre à quel point elles nous tirent, voire mènent notre vie.

La calèche est conduite par un Cocher qui représente notre mental, notre conscient. Elle possède quatre roues, deux devant (les bras), qui impliquent la direction donnée par les cocher aux chevaux et deux derrière (les jambes) qui transportent la charge.

A l'intérieur de la calèche, il y a un passager que l'on ne voit pas. Il s'agit du maitre ou du guide intérieur de chacun de nous, de notre inconscient que l'on peut nommer également "Ange gardien".

Notre calèche personnelle avance donc sur le chemin de la vie, dirigée en apparence par le Cocher (le mental) car c'est en fait le passager (le guide intérieur ou maitre) qui a donné la destination. 

De la qualité de sa conduite vont dépendre la qualité du confort du voyage (existence). S'il brutalise les chevaux (emotions) et les brime, ceux-ci risquent de s'énerver et de conduire la calèche à l'accident, de la même manière que nos émotions nous conduisent parfois à des actes irraisonnables, voire dangereux. S'il est trop relâché et manque de vigilance, l'attelage va passer dans les ornières (reproduction des schémas parentaux par ex) et nous suivons alors la trace des autres, en courant le risque d'aller dans le fossé. De la même façon, il ne saura pas non plus éviter les trous, les bosses et les nids-de-poule (coups, erreurs de la vie) et le voyage sera très inconfortable pour la Calèche, le Cocher et le Maître ou guide intérieur. S'il ne tient pas les rênes ou s'endort, ce seront les chevaux (émotions) qui dirigeront la Calèche. Si le cheval noir est le plus fort (en étant mieux nourri) la Calèche va tirer à droite (émotions maternelles), si c'est le cheval blanc qui domine, la Calèche ira à gauche vers les représentations émotives paternelles. Lorsque le Cocher conduit trop vite et force trop, les chevaux (émotions) s'emballent et risquent le fossé : c'est l'accident qui arrête plus ou moins violemment tout l'attelage avec plus ou moins de dégâts (accidents et traumatismes).

Parfois, une pièce de la Calèche lâche (maladie), soit par fragilité, soit par ce que la Calèche est passée par trop de bosses, de trous (accumulations de comportements et d'attitudes inadéquates), il faut alors réparer par nous même (repos, cicatrisation) ou faire appel à un dépanneur selon la gravité (médecin, médecine douce). Mais il sera de toute façon important de ne pas nous contenter de changer la pièce. Il sera alors essentiel de réfléchir à la conduite du Cocher et à la manière avec laquelle, nous allons changer notre comportement, nos attitudes face à la vie, afin que la "panne" ne se reproduise pas.

Parfois, la calèche traverse des zones de brouillard. Il peut s'agir d'un simple virage que nous pouvons voir et se préparer à son arrivée en anticipant (en maîtrisant les émotions quand nous vivons une phase de changement voulue ou subie). Lorsqu'il s'agit de brume ou d'orage, la Calèche devient plus difficile à conduire et nous devons naviguer "à vue". Nous devons dans cette phase, faire une confiance totale, pour ne pas dire "aveugle", dans le chemin de vie (lois naturelles, règles de la tradition, foi, etc) et le Maître ou guide intérieur (inconscient) qui a choisi ce chemin. Dans ces moments là, nous ne pouvons pas faire autrement que laisser la vie nous montrer la route.

Parfois, nous arrivons à des carrefours ou des bifurcations et nous ne savons pas quelle est la direction à prendre, le chemin n'étant pas balisé. Le Cocher (le mental, l'intellect) peut prendre une direction au hasard mais le risque de se tromper, voire de se perdre, est grand et plus le Cocher est sûr de lui, persuadé de tout connaître et de tout maîtriser, plus il va penser savoir quelle direction choisir mais plus le risque sera important. Nous sommes alors dans le règne de la "technocratie rationaliste", où la raison et l'intellect croient pouvoir tout résoudre. S'il est, en revanche, humble et honnête avec lui-même, il demandera quelle route prendre au passager (guide intérieur ou maître) qui lui, sait où il va et connaît la destination finale. Il pourra alors l'indiquer au Cocher, qui la prendra, à condition d'avoir été capable de l'entendre car la Calèche fait beaucoup de bruit en roulant, et il est nécessaire de s'arrêter pour pouvoir dialoguer avec le Maître ou guide intérieur. Ce sont les pauses, les retraites que nous faisons parfois pour nous retrouver, car il nous arrive de nous perdre...

Voilà une image simple mais qui représente parfaitement bien ce qu'est le Chemin de Vie. Elle nous permet de comprendre facilement de quelle façon les choses se passent dans notre vie et ce qui peut les faire déraper.

 

Bien à vous...

 

https://www.unenouvelleterre.fr/

Voir les commentaires

Rédigé par Myriam

Publié dans #livre

Repost0

Publié le 28 Août 2019

Bonjour à tous,

Jonathan Black est diplômé de théologie et de cosmologie. C'est une rencontre avec un initié d'une société secrète qui lui a permis d'entamer des recherches pour écrire ce livre qu'est "L'histoire secrète du monde".

Fruit de vingt ans de recherches, ce document révèle les lois mystérieuses qui sous-tendent l'histoire, développées et gardées jalousement pendant des siècles par les sociétés secrètes, en Orient comme en Occident. 

Dans ce livre, vous lirez l'histoire du monde telle qu'elle a été enseignée depuis la nuit des temps au sein des sociétés secrètes. Aujourd'hui, ces croyances peuvent paraître insensées, mais un très grand nombres de femmes et d'hommes qui ont fait l'histoire les ont adoptées. Les historiens affirment que depuis le début de la civilisation égyptienne, les temples publics possédaient des enceintes réservées à l'enseignement des prêtres dans ce que l'on appelait "Les écoles du Mystère". On enseignait à l'élite politique et culturelle des techniques de méditation afin d'en faire des initiés à la philosophie secrète, ce qui pouvait prendre plusieurs années. Ces techniques variaient selon les époques : on y pratiquait la privation sensorielle, les exercices de respiration, la danse sacrée, le théâtre, la prise de drogues hallucinogènes et différentes façons de canaliser l'énergie sexuelle.

Ces techniques visaient à provoquer l'altération de la conscience permettant aux initiés de percevoir le monde autrement. Quiconque révélait à un non-initié ce qu'il avait appris dans ces lieux était exécuté. Au IIIe siècle, quand la religion chrétienne prit le pouvoir au sein de l'empire romain, ces temples furent fermés pour éviter qu'ils ne prolifèrent. Il fût décrété que ces rituels étaient hérétiques et quiconque continuait à les pratiquer encourait la peine capitale. Mais les membres de cette nouvelle élite au pouvoir, y compris les hauts dignitaires, commencèrent à former eux-même des sociétés secrètes et enseigner ses secrets anciens.

C'est ainsi qu'une philosophie secrète, très ancienne, née dans les écoles du mystère, a été préservée et développée pendant des siècles à travers des sociétés secrètes comme les Templiers, les illuminatis et la Rose-croix (la-cosmogonie). Le plus souvent dissimulée au public et, si parfois on l'exposait aux regards, c'était toujours de manière à n'être comprise que des initiés.

L'exemple de l'illustration de l'histoire du monde de Sir Walter Raleigh qu'il publia en 1614 qui est exposé à la tour de Londres où des milliers de personnes passent devant l'oeuvre chaque jour et ne voient ni la tête de chèvre, ni les autres messages codés, dissimulés dans le dessin.

Pourquoi n'existe-t-il pas d'équivalent dans la civilisation occidentale des scènes de sexe tantrique sculptées sur certains murs comme celui du temple de Khajurâho en Inde ? Vous serez sûrement surpris d'apprendre que son équivalent est dissimulé dans la technique kabbalistique, dans la majeure partie de l'art et de la littérature occidentale.

Ce livre explique aussi comment ces enseignements secrets sur l'histoire du monde ont influencé la politique américaine en Europe centrale, et comment un matin de 1939, un jeune homme, renversé par un camion et plongé dans le coma - pendant lequel il eut une expérience mystique - le transforma à tout jamais. A la suite de cette expérience, il entra au séminaire, devint l'évêque de Cracovie et plus tard, le Pape Jean Paul II.

Ainsi, de nos jours, apprendre qu'un des chefs de l'église catholique a été initié au royaume de l'esprit par les enseignements d'une société secrète n'est peut-être pas aussi déplacé qu'autrefois. Croire aux doctrines fondamentales de cette philosophie, comme le fait que des êtres éthérés peuvent nous parler, ou que le cours de l'histoire est matériellement influencé par des cabales secrètes est considéré au mieux comme une idiotie, au pire comme un signe de folie.

Dans les sociétés secrètes, on forçaient les candidats à tomber au fond d'un puits, à se soumettre à une épreuve de l'eau, à se glisser par une toute petite porte afin de rencontrer des animaux anthropomorphes avec lesquels il fallait engager des discussions absurdes... Cela vous rappelle-t-il quelque chose ? Lewis Caroll, les frères Grimm, Antoine de Saint-Exupéry, Clive S.Lewis et les créateurs du Magicien d'Oz et de Mary Poppins croyaient tous à l'histoire et à la philosophie secrète. En mêlant la compréhension littérale qu'on les enfants et un joyeux chaos, ces écrivains ont cherché à ébranler la vision matérialiste de la vie et le sens commun. Ils voulaient apprendre aux enfants à penser à l'envers, à regarder le monde la tête en bas et à se libérer des pensées arrêtées et bien établies.

Rabelais et Jonathan swift (les voyages de Gulliver) font également partie de cette famille car leur oeuvre possède cette particularité déconcertante de ne pas faire grand cas du surnaturel : il y est raconté le plus simplement du monde et les objets imaginaires y sont aussi anodins que ceux qui peuplent notre quotidien. Ces auteurs ébranlent les certitudes de leurs lecteurs et cherchent à les éloigner de leur comportements terre à terre (les-7-niveaux-de-spiritualite).

En résumé :

Au fur et à mesure de ce livre, vous allez découvrir qu'un nombre impressionnant de personnages célèbres ont cultivé la philosophie secrète et fait l'expérience d'états mystiques comme ceux qu'on enseigne dans les sociétés secrètes. Newton était un alchimiste : il pratiquait son art à l'âge adulte et celui-ci lui tenait à cœur au point qu'il le considérait comme son travail le plus important. Voltaire prenait part à des cérémonie de magie au moment même où il dominait la vie intellectuelle européenne. Washington invoqua le grand esprit dans le ciel lorsqu'il fonda la ville qui porte son nom. Et quand Napoléon disait qu'il était guidé par sa bonne étoile, ce n'était pas simplement une façon de parler ; il parlait de l'esprit qui lui montrait la route et le rendait invulnérable et magnifique. Le Pendule de Foucault et le Da Vinci Code sont deux romans qui ont vulgarisé l'idée qu'il y avait une conspiration des sociétés secrètes pour prendre le contrôle du cours de l'histoire. Ces romans sont centrés sur des personnages qui, apprenant des choses intrigantes sur la philosophie secrète, décident de retrouver sa trace et finissent par se laisser prendre au jeu.

Les enseignements les plus confidentiels des sociétés secrètes sont transmis oralement. Ce qui est écrit l'est de manière délibérément hermétique, rendant le texte incompréhensible pour les non-initiés. Si cela vous tente, vous pouvez vous immerger dans les quelques six cents volumes des livres et conférences de Rudolf Steiner. Ou, essayez de décoder les grands textes alchimiques du Moyen Age ou les textes ésotériques des grands initiés comme Paracelse.

Bon courage...

 

Bien à vous...

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Myriam

Publié dans #livre

Repost0

Publié le 25 Août 2019

Après la parution du livre "La prophétie des Andes", les lecteurs ont demandé davantages d'informations et ont suggéré un guide pratique - pour compléter le livre - à son auteur James Redfield. Ce fut chose faite avec la parution du livre "Les leçons de vie de la prophétie des Andes" publié en 1995.

Bonjour à tous,

La première révélation concerne l'éveil à la conscience. Au-delà de notre routine et de nos problèmes quotidiens, nous pouvons déceler des "coïncidences significatives" qui semblent nous envoyer des messages et nous guider dans une direction particulière. Dans un premier temps, nous ne faisons qu'entrevoir ces coïncidences en passant à toute vitesse à coté d'elles et ne leur prêtons aucune attention. Puis nous ralentissons la marche pour observer plus attentivement les événements en développant notre aptitude à repérer ces phénomènes synchroniques. Elles semblent affluer et refluer, nous entraînent ou nous immobilisent mais nous savons que nous avons découvert le processus de l'âme qui guide nos vies et les fait progresser.

La deuxième révélation nous enseigne que notre perception des mystérieuses coïncidences de la vie est un événement important sur le plan historique. Il y a 500 ans, nous avons collectivement décidé de dominer la nature. Nous avons cherché à créer une sécurité matérielle pour remplacer les certitudes spirituelles que nous avions perdues. Nous nous sommes fabriqué l'illusion que nous vivions dans un univers entièrement explicable et prévisible et avons adopté une attitude de scepticisme absolu pour les événements paranormaux. Cependant une prise de conscience se fait qui nous permet de nous libérer de l'obsession du bien-être matériel et d'ouvrir notre esprit à une nouvelle conscience du monde, plus juste.

La troisième révélation souligne la dynamique énergétique de notre nouvelle vision de l'univers. Lorsque nous considérons le monde qui nous entoure, nous ne pouvons plus penser que chaque chose est faite de matière. Grâce aux nombreuses découvertes de la physique moderne et aux efforts croissants de synthèse avec la sagesse de l'orient, nous commençons à percevoir l'univers comme un vaste champs d'énergie, un monde quantique, où tous les phénomènes sont reliés entre eux et interagissent les uns sur les autres. Grace à la sagesse orientale, nous savons que nous avons nous-mêmes accès à cette nouvelle énergie universelle. Nous pouvons la projeter vers l'extérieur par nos pensées et nos intentions et influencer notre vie et celle des autres.

La quatrième révélation explique que les êtres humains se sont souvent coupés eux-mêmes d'une connexion intérieure avec cette énergie mystique. Le résultat est que nous avons eu tendance à nous sentir faibles et peu sûrs de nous-mêmes, et que nous avons souvent cherché à récupérer des forces en nous procurant de l'énergie auprès d'autres êtres humains. Nous le faisons en cherchant à manipuler ou à absorber l'attention de l'autre. Si nous pouvons forcer son attention, alors nous sentons qu'il nous donne du tonus, nous rend plus fort grâce à son énergie, mais évidemment cela l'affaiblit. Souvent, les autres réagissent contre cette usurpation de leur force, créant ainsi une lutte de pouvoir. Tous les conflits en ce monde proviennent de cette bataille pour l'énergie humaine.

La cinquième révélation permet à chacun de se relier intérieurement à l'énergie divine. En recherchant et en explorant cette dimension à l'intérieur de nous-mêmes, nous pouvons personnellement entrer en contact avec l'expérience mystique. Au cours de cette quête de cet état modifié de conscience (augmentez-votre-conscience), nous apprenons à distinguer entre la description intellectuelle de cette conscience et cette conscience elle-même. Pour cela, nous employons certains critères expérimentaux qui indiquent que nous sommes reliés à l'énergie universelle. Par exemple, sentir son corps plus léger, ou une perception plus aiguë des couleurs, des odeurs, des goûts, de la beauté. Éprouver le sentiment d'unité, de sécurité absolue. Atteindre l'état de conscience qu'est l'amour, non pas envers quelqu'un ou quelque chose mais comme une sensation constamment à l'oeuvre dans nos vies. Nous ne parlons plus de prise de conscience mystique mais nous avons le courage de mettre en pratique ces méthodes. C'est cette relation avec l'énergie totale qui résout tous les conflits. Nous n'avons plus besoin d'obtenir de l'énergie d'autres personnes.

La sixième révélation permet de prendre conscience du moment où nous perdons notre lien intérieur avec l’énergie divine. Dans ces moments là, nous recourons souvent à notre technique personnelle, inconsciente, de manipuler autrui pour lui prendre son énergie. Ces manipulations sont soit passives soit agressives. La plus passive est la réaction de victime ou du plaintif : envisager les événements de façon négative, compter sur les autres, faire culpabiliser en obligeant l'autre à fournir une attention et ainsi son énergie. Prendre ses distances est une autre stratégie passive : jouer l'indifférence, donner des réponses vagues, ne s'engager en rien ou faire en sorte que l'autre nous court après. L'attention est ainsi capté ainsi que l'énergie. La méthode critique de l'interrogateur est plus agressive que les deux précédentes : il cherche à trouver ce qui cloche dans les actions des autres et les surveille sans cesse. Il guette du coin de l’œil en cherchant attention et énergie. Le style de l'intimidateur est aussi plus agressif : il paraît incapable de se contrôler, semble explosif, dangereux et belliqueux. Les autres l'observent avec crainte lui apportant ainsi leur énergie. Ces mécanismes peuvent être qualifiés de "mécanismes de domination", de schémas répétitifs qui semblent nous ramener sans cesse aux mêmes situations. Mais dès que ces mécanismes sont devenus conscients, ils permettent de nous relier davantage à notre énergie intérieure. Une analyse de notre petite enfance peut révéler comment ces mécanismes se sont élaborer, mais une fois que cela est dépassé, nous voyons les raisons qui nous ont fait naître dans une famille donnée, et nous pouvons découvrir la question centrale de notre vie et notre mission dans ce monde.

Selon la septième révélation, nous devenons conscient que les coïncidences nous ont conduits vers la réalisation de nos missions et la quête de nos questions existentielles. Jour après jour, nous nous élevons en comprenant et en donnant suite aux plus petites questions provenant de nos objectifs plus larges. Si les questions sont justes, les réponses nous arrivent toujours à travers de phénomènes synchroniques ; nos vies de déroulent à travers un enchaînement questions/réponses/nouvelle question tandis que nous évoluons le long de nos chemins spirituels. Les réponses synchroniques peuvent provenir des rêves nocturnes, des rêves éveillés, des pensées positives et le plus souvent, d'autres personnes qui se sentent inspirées pour nous apporter un message.

Selon la huitième révélation, la plupart des phénomènes synchroniques se produisent grâce aux messages que les autres nous font parvenir. Une éthique spirituelle nouvelle envers autrui favorise ce synchronisme. Si nous ne sommes pas en compétition avec les autres pour recevoir de l'énergie, si nous restons reliés à l'intérieur de nous, alors nous pouvons élever les autres avec notre énergie en voyant les qualités supérieures qui se trouvent en chacun. L'énergie que nous envoyons quand nous nous adressons à son Moi supérieur amène l'autre à une conscience plus complète de ce qu'il est et de ce qu'il fait.

La neuvième révélation prédit la manière dont se déroulera l'évolution lorsque nous mettrons en pratique les huit autres. Comme le synchronisme augmentera, nous serons attirés vers des niveaux de vibration de plus en plus élevés. Nous en viendrons alors à nos missions véritables, en changeant de profession ou de vocation ou en inventant nos propres entreprises pour travailler dans le domaine qui nous convient le mieux.

 

Bien à vous...

 

https://www.unenouvelleterre.fr

Voir les commentaires

Rédigé par Myriam

Publié dans #livre

Repost0